Complications bulleuses sous inhibiteurs de checkpoint immunitaire

  • Kawsar A & al.
  • Br J Dermatol

  • Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Les évènements indésirables cutanés bulleux (EICB) liés aux inhibiteurs de checkpoint immunitaire (ICI) concernent 0,3% des patients. La présentation clinique est variable, avec un quart de pemphigus non bulleux et une muqueuse dans 27% des cas. Ils apparaissent souvent plus tardivement que les autres complications cutanées, a fortiori lorsqu’ils sont prescrits en monothérapie. L'arrêt des ICI peut être nécessaire définitivement.

Pourquoi est-ce important?

Étant donné la rareté de ces évènements indésirables, cette étude présente l’avantage de préciser les circonstances de leur survenue et leur présentation.

Méthodologie

L’étude rétrospective observationnelle a été menée entre 2006 et 2019 à partir de l’ensemble des adultes admis dans quatre grands centres britanniques pour le traitement d’un cancer et ayant présenté des complications bulleuses durant leur traitement par ICI et jusqu'à 12 mois après leur arrêt.

Principaux résultats

Au total, l’analyse a pu inclure 7.391 patients traités par ICI, parmi lesquels 22 patients présentant des EICB sous ICI ont été identifiés, soit 0,3% d’entre eux.

Les patients avaient un âge médian de 76 ans au moment de l’apparition des EICB. La plupart avaient un mélanome cutané (73%), dont 4 sur 5 ne présentaient pas de mutation BRAF. Dans 59% des cas, le traitement était le pembrolizumab puis le nivolumab dans 18% des cas. Le délai d'apparition des symptômes était plus long lorsque l’immunothérapie était en monothérapie (médiane de 12 mois vs 7 mois pour les traitements combinés).

Dans la majorité des cas, les troubles cutanés engendraient un prurit prodromal (91%), et une forme bulleuse (82%). Dans 27% des cas, les muqueuses étaient affectées.

Le délai médian d'apparition des EICB était de 12 mois, et leur durée médiane de 6 mois sachant que le traitement a dû être suspendu définitivement ou temporairement dans 55% et 20% des cas. Chez ces derniers, la moitié ont représenté une atteinte cutanée à la reprise. Enfin, deux cas sont survenus respectivement 1 et 3 mois après la fin du traitement par ICI.