Comparaison entre le TAVR et la chirurgie pour les patients à faible risque chirurgical


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L’efficacité du remplacement valvulaire aortique par voie transcathéter (transcatheter aortic valve replacement, TAVR) avec une bioprothèse auto-expansible est non inférieure à celle du remplacement valvulaire aortique par voie chirurgicale (surgical aortic valve replacement, SAVR), chez les patients atteints d’une sténose aortique sévère à faible risque chirurgical, selon ce que rapporte une nouvelle étude.

L’essai randomisé international a inclus 1 468 patients dans 86 centres en Australie, au Canada, aux États-Unis, en France, au Japon, en Nouvelle-Zélande et aux Pays-Bas. Un total de 725 patients ont par la suite fait l’objet d’un TAVR au moyen d’1 dispositif auto-expansible parmi 3 types disponibles, et 678 patients ont fait l’objet d’un SAVR au moyen de valves bioprothétiques posées par voie chirurgicale. 

L’étude a révélé que l’incidence des décès ou des accidents vasculaires cérébraux (AVC) incapacitants à 24 mois (le critère d’évaluation principal) était de 5,3 % dans le groupe du TAVR (intervalle de crédibilité bayésien [IC] à 95 % : 3,3–8,0) et de 6,7 % dans le groupe de la chirurgie (IC à 95 % : 4,4–9,6). Le TAVR a été associé à une incidence plus faible d’AVC incapacitant, d’insuffisance rénale aiguë, d’événements de saignement et de fibrillation auriculaire, par rapport au groupe de la chirurgie, mais à une incidence plus élevée de régurgitation aortique et d’implantation d’un stimulateur cardiaque. 

Les résultats ont été présentés à l’occasion de la 68e session scientifique annuelle du Collège américain de cardiologie (American College of Cardiology) et publiés dans la revue New England Journal of Medicine.