Comparaison entre angiographie immédiate et angiographie retardée : aucune différence à un an après un arrêt cardiaque non-STEMI

  • Lemkes JS & al.
  • JAMA Cardiol
  • 2 sept. 2020

  • Par Emily Willingham, PhD
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les résultats cliniques à un an des patients présentant un arrêt cardiaque sans sus-décalage du segment ST en dehors de l’hôpital ne diffèrent pas entre ceux ayant fait l’objet d’une angiographie immédiate et ceux ayant fait l’objet d’une angiographie retardée, selon les résultats de l’essai COACT.
  • Le taux de survie à 1 an était de 64,0 % avec l’angiographie retardée, contre 61,4 % avec l’angiographie immédiate.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les auteurs indiquent que l’angiographie coronarienne peut probablement être reportée jusqu’à l’issue de la récupération neurologique.
  • Ces résultats viennent s’ajouter aux données déjà rapportées concernant les résultats à 90 jours dans cet essai, lesquelles n’ont pas non plus montré de différence sur le plan de la survie.

Principaux résultats

  • Sur 552 patients, des données à 1 an étaient disponibles pour 522 patients (264 ayant fait l’objet d’une angiographie immédiate et 258 ayant fait l’objet d’une angiographie retardée).
  • Taux de survie à 1 an :
    • 64,0 % avec une angiographie retardée.
    • 61,4 % avec une angiographie immédiate.
    • Rapport de cotes (RC) de 0,90 (IC à 95 % : 0,63–1,28).
  • Un critère d’évaluation composite regroupant le décès, l’infarctus du myocarde ou une nouvelle revascularisation dans l’année ayant suivi l’événement est survenu chez :
    • 42,9 % des patients ayant fait l’objet d’une angiographie immédiate ;
    • 40,6 % des patients ayant fait l’objet d’une angiographie retardée.
    • RC de 1,10 (IC à 95 % : 0,77–1,56).
  • Les groupes n’ont pas non plus présenté de différences pour d’autres critères d’évaluation.
  • Quelques différences de traitement ont été notées entre les groupes, mais plus de 90 % des patients dans chaque groupe ont été traités par un contrôle de la température ciblé et par ventilation artificielle.
  • Les scores de la qualité de vie (QdV) étaient également similaires entre les groupes à un an.

Méthodologie

  • Un essai contrôlé randomisé a été mené du 8 janvier 2015 au 17 juillet 2018 dans 19 centres néerlandais.
  • Il s’agissait d’une analyse préspécifiée.
  • Financement : Institut de cardiologie des Pays-Bas ; BIOTRONIK ; AstraZeneca.

Limites

  • Les résultats à un an sont exploratoires.
  • Les cliniciens n’étaient pas en aveugle vis-à-vis du traitement.