Comparaison de la chirurgie robotique et de la microchirurgie laser dans le cadre du cancer laryngé de stade précoce

  • Hanna J & al.
  • Laryngoscope
  • 24 juin 2019

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La chirurgie robotique transorale (Transoral Robotic Surgery, TORS) est associée à des résultats similaires à la chirurgie ouverte partielle en termes de statut des marges, de nécessité d’une radiothérapie adjuvante et de SG, chez des patients atteints d’un carcinome épidermoïde (CE) laryngé de stade précoce (T1/2), tandis que la microchirurgie laser transorale (Transoral Laser Microsurgery, TLM) est associée à une augmentation du taux de marges positives et de la nécessité d’une radiothérapie adjuvante.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les données concernant les résultats de la TORS dans le cadre du cancer laryngé sont limitées. Or, elle est de plus en plus utilisée et peut permettre une préservation fonctionnelle.

Principaux résultats

  • La TORS était associée à un statut de marge positive similaire à celui de la chirurgie ouverte (rapport de cotes [RC] : 1,18 ; IC à 95 % : 0,72–1,94).
    • La TLM était associée à des taux accrus de marges positives, comparativement à la chirurgie ouverte (RC : 1,63 ; IC à 95 % : 1,12–2,38).
  • La TORS était associée à une nécessité similaire de recourir à une radiothérapie adjuvante, comparativement à la chirurgie ouverte (RC : 1,56 ; IC à 95 % : 0,97–2,49).
    • La TLM était associée à une nécessité accrue de recourir à une radiothérapie adjuvante, comparativement à la chirurgie ouverte (RC : 1,52 ; IC à 95 % : 1,04–2,24).
  • L’approche chirurgicale n’était pas associée de manière significative à la SG (P = 0,37), bien que l’étude ne dispose pas d’une puissance statistique suffisante pour réaliser une analyse de la survie.

Protocole de l’étude

  • 1 780 patients atteints d’un CE laryngé de stade T1/2, issus de la base de données nationale américaine sur le cancer (National Cancer Database), dont 10,4 % avaient fait l’objet d’une TORS, 29,4 % d’une chirurgie ouverte et 60,2 % d’une TLM, ont été inclus.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Limites

  • Étude rétrospective utilisant une vaste base de données.