Comorbidité de Mycoplasma pneumoniae et du COVID-19 : le risque de thrombose est accru

  • Zha L & al.
  • J Infect
  • 8 juil. 2020

  • Par Liz Scherer
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La co-infection au coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SARS-CoV-2) et à Mycoplasma pneumoniae semble être associée à un risque accru de thrombose.
  • La co-infection n’a pas été associée à une augmentation des plaintes majeures à l’admission.

Pourquoi est-ce important ?

  • Une surveillance étroite et une prophylaxie de routine par un anticoagulant sont indiquées.

Principaux résultats

  • Sur 874 patients, 2,5 % présentaient une co-infection.
    • Chez les 88 patients atteints uniquement de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) dans le groupe comparateur apparié, l’âge médian était de 57 ans.
    • Parmi les 22 patients présentant une co-infection, l’âge médian était de 56,5 ans.
  • Les plaintes majeures à l’admission comprenaient globalement la fièvre (59,1 %), la toux (28,2 %), la dyspnée (8,2 %), la fatigue (9,1 %) et la diarrhée (3,6 %).
  • La polyarthrite rhumatoïde était uniquement présente dans le groupe de la co-infection (9,1 %, contre 0,0 % dans le groupe atteint uniquement du COVID-19 ; P = 0,05).
  • Par rapport aux patients atteints uniquement du COVID-19, les patients présentant une co-infection avaient, en moyenne (± écart-type) :
    • des taux de bilirubine plus élevés : 14,67 ± 28,72, contre 8,03 ± 4,07 (P = 0,037) ;
    • un temps de prothrombine plus court : 11,60 ± 0,84, contre 13,34 ± 5,4 (P = 0,004) ;
    • une activité prothrombinique plus importante : 104,90 ± 20,14, contre 89,78 ± 30,65 (P = 0,006).
  • Aucun effet sur les résultats n’a été constaté avec des stratégies différentes à base d’antibiotiques et de corticostéroïdes.
  • Mortalité : 1 patient présentant une co-infection (4,5 %), contre 2 patients atteints uniquement du COVID-19 (2,3 % ; P = 1,00).
  • Les patients présentant une co-infection avaient également une durée de toux plus longue : 20 jours, contre 16,25 jours (P = 0,043).

Méthodologie

  • Une analyse rétrospective et observationnelle de la morbidité et d’autres résultats cliniques a été réalisée chez des patients chinois.
  • Financement : Projet spécial de la province d’Anhui.

Limites

  • Il s’agit d’une étude rétrospective et observationnelle.
  • Petit échantillon.
  • Possibilité de faux négatifs.
  • Biais de sélection.