Commentaire d’expert lors de l’ASCO 2018 : La chimiothérapie n’apporte aucun bénéfice chez de nombreuses femmes (TAILORx)

  • 16 juil. 2018

  • Oncology news
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Neil Vasan, docteur en médecine, est à la tête des chargés de recherche en oncologie médicale, dans le service de médecine mammaire du centre de lutte contre le cancer Memorial Sloan Kettering (Memorial Sloan Kettering Cancer Center).

  • « L’ASCO 2018 présente de nombreuses avancées prometteuses en matière d’oncologie mammaire et je souhaiterais mettre en avant une étude en particulier dont j’estime qu’elle changera nos pratiques.
  • Il s’agit du résumé de l’étude TAILORx, issu de la session plénière. Cet essai de grande envergure, puisqu’il s’agissait du plus vaste essai jamais mené sur le cancer du sein, visait à déterminer si les femmes atteintes d’un cancer du sein à récepteurs aux œstrogènes positifs sans atteinte ganglionnaire et présentant un score intermédiaire au test Oncotype retiraient un bénéfice de l’administration d’une chimiothérapie en plus d’une endocrinothérapie.
  • Ce qu’il faut retenir, c’est que cette étude a démontré que les femmes de plus de 50 ans présentant un score intermédiaire au test Oncotype, c’est-à-dire un score compris entre 11 et 25, ne retirent aucun bénéfice de l’ajout d’une chimiothérapie à une endocrinothérapie. Chez les femmes de moins de 50 ans, celles ayant un score compris entre 0 et 15 au test Oncotype n’ont retiré aucun bénéfice de la chimiothérapie. Pour les femmes de moins de 50 ans ayant un score compris entre 15 et 25, la chimiothérapie présentait un léger bénéfice. Il est évident que la décision de recommander ou non une chimiothérapie doit être prise au cas par cas.
  • Autre point très important : d’après l’essai TAILORx, près de 70 % des femmes présentent une tumeur avec un score intermédiaire au test Oncotype, et celles d’entre elles qui ont plus de 50 ans ne retirent aucun bénéfice de la chimiothérapie. Il s’agit donc d’une révolution de notre traitement de référence, qui permettra à de nombreuses femmes de recevoir un traitement approprié pour leur maladie. »

Des informations supplémentaires sont disponibles sur le site Internet de l’ASCO à l’adresse suivante : ASCO.org.