Comment évolue la mortalité des sujets atteints de maladies inflammatoires à travers le monde ?

  • Fakih O & al.
  • Joint Bone Spine

  • Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Sur la base de données de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), des chercheurs ont montré qu’il existait des disparités géographiques à travers le monde concernant la mortalité liée à la spondyloarthrite ankylosante (SpA), au rhumatisme psoriasique (Rhum Pso) et aux maladies inflammatoires chroniques des intestins (MICI, à savoir maladie de Crohn (MC) et rectocolite hémorragique (RCH)).
  • Au niveau mondial, entre 2004 et 2015, la mortalité des sujets atteints de SpA a augmenté et celle des sujets atteints de MC et CRH a diminué. Aucune variation statistiquement significative n’a été mise en évidence pour le taux de mortalité chez les sujets atteints de Rhum Pso.

Pourquoi est-ce intéressant ?

Les données de la littérature sur la mortalité des sujets atteintes de SpA, Rhum Pso ou MICI par rapport à la population générale sont assez contradictoires. Il était intéressant de pouvoir déterminer le taux de mortalité lié à ces atteintes, à la fois au niveau national que mondial et d’en décrire l’évolution.

Méthodologie

Les données de mortalité de la base de données de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ont été utilisées. Elles font état des causes de décès par pays et par année. Les taux de mortalité standardisés sur l’âge (TMSA) ont été évalués en utilisant la population de référence de l’OMS 2000-2025.

Principaux résultats

Le TMSA chez les sujets atteints de SpA (49 pays) était au niveau mondial de 0,13/million d’habitants. L’analyse des tendances mondiales d’évolution (31 pays) n’a montré aucune variation statistiquement significative entre 2001 et 2015. Le TMSA était statistiquement plus élevé en Europe qu’en Amérique du Nord, Amérique du Sud et Asie, mais similaire au TMSA mesuré en Afrique et Océanie.

Pour le Rhum Pso, le TMSA mondial était de 0,04 décès/million d’habitants (17 pays, allant de 0,008 au Mexique à 0,135 en Grèce). Les analyses de tendances (8 pays) n’ont pas montré d’évolution entre 2001 et 2004, une augmentation significative entre 2004 et 2015. Le TMSA en Europe était statistiquement supérieur à celui d’Amérique du Sud et similaire à celui d’Amérique du Nord et Océanie (non rapporté pour l’Afrique).

En 2015, le TMSA mondial pour la MC était de 0,86 décès/million d’habitant et celui de la RCH de 0,76 décès/million d’habitants.

Une tendance globale à la baisse a été mise en évidence entre 2001 et 2015 pour le TMSA mondial (47 pays) de la MC et de la RCH (48 pays). Le TMSA de la MC en Europe était statistiquement inférieur à celui d’Amérique du Nord, et statistiquement supérieur à celui d’Afrique, d’Amérique latine, d’Asie et similaire à celui de l’Océanie. Et le TMSA de la RCH en Europe était statistiquement supérieur à celui d’Amérique du Nord, d’Afrique, d’Amérique du Sud, d’Asie et d’Océanie.

Principales limitations

Le manque de données pour certaines zones (Afrique notamment) est à considérer pour les résultats.