Comment renforcer l’immunogénicité et l’efficacité de la vaccination antigrippale chez les seniors ?

  • Ng TWY & al.
  • J Infect Dis
  • 19 avr. 2019

  • Par Agnès Lara
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Selon cette méta-analyse sino-américaine, l’utilisation de vaccins antigrippaux susceptibles de renforcer l’immunogénicité chez les seniors par rapport à la vaccination standard permet effectivement d’améliorer les titres d’anticorps obtenus 30 jours après vaccination. L’amplitude de l’effet observé paraît plus importante avec le vaccin à haute dose d’antigène (HDA), qu’avec le vaccin adjuvanté au MF59 ou la vaccination intradermique. Des essais comparatifs en tête-à-tête sont maintenant attendus pour confirmer ces résultats. La réponse immunitaire à des vaccinations répétées chaque année avec ce type de vaccins devra également être évaluée.

 

Pourquoi cette étude a-t-elle été réalisée ?

L’efficacité de la vaccination antigrippale est amoindrie chez le sujet âgé et associée à une plus faible immunogénicité. Pour contourner cette difficulté, différents vaccins ont été développés au cours de ces dernières années misant sur l’addition d’adjuvant, l’inclusion d’une plus grande quantité d’antigènes ou l’injection intradermique. Leur efficacité a surtout été mesurée par rapport au vaccin standard, mais ces différentes options n’ont pas été comparées entre elles. Une revue de la littérature suivie d’une méta-analyse a examiné la réponse immunitaire associée à ces différents vaccins « renforcés » chez les sujets âgés.

Méthodologie

Les essais inclus dans la méta-analyse devaient avoir évalué l’un des trois vaccins « renforcés » suivants : vaccin adjuvanté au MF59, vaccin contenant une plus grande quantité d’antigène (HDA) ou vaccin administré par voie intradermique chez les sujets âgés. La réponse immunitaire devait avoir été mesurée par l’inhibition de l’hémagglutination (IH) juste avant et 30 jours après la vaccination.

Résultats 

  • La méta-analyse a retenu 39 essais contrôlés randomisés, tous considérés comme étant à faible risque de biais. La majorité d’entre eux avait inclus des sujets de 60 à 100 ans en bonne santé et vivant non institutionnalisés.
  • Par rapport à la vaccination standard, les vaccins « renforcés » ont permis d’obtenir des titres d’anticorps significativement plus élevés après vaccination, toutes souches virales confondues.
  • L’augmentation relative des titres moyens géométriques obtenus par rapport à la vaccination standard était la plus importante avec le vaccin HDA, suivie par celle obtenue avec le vaccin adjuvanté par MF59, puis avec le vaccin intradermique. Et ceci quelles que soient les souches virales. 
  • Ainsi, contre la souche A(H3N2) associée au fardeau le plus lourd chez le sujet âgé, le vaccin HDA a permis l’augmentation des titres d’anticorps la plus importante (82%), contre 52% pour le vaccin adjuvanté au MF59 et 32% pour le vaccin intradermique. Et cette supériorité était également observée pour les souches A (H1N1), A(H3N2) et B/Victoria virus.
  • La proportion de patients ayant obtenu des titres élevés (≥40) après vaccination a également été significativement plus importante avec les vaccins « renforcés » pour tous les sous-types A et B du virus grippal, à l’exception du vaccin intradermique contre le virus B/Yamagata (différence non significative), avec là aussi un avantage plus important pour le vaccin HDA (+10,4% vs vaccination standard, contre +4,1% pour les vaccins adjuvantés et intradermiques).

Limitations

L’immunogénicité était mesurée vis-à-vis des souches vaccinales, qui ne correspondent pas toujours aux souches circulantes.

Il n’était pas possible de comparer directement les gains en termes de titration d’anticorps pour les différents types de vaccins du fait de la forte hétérogénéité des études.