Comment réagir face aux fausses croyances en santé de vos patients ?

  • JAMA Intern Med

  • Par Agnès Lara
  • Actualités socio-professionnelles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Que devraient faire les médecins lorsque leurs patients sont mé sinform és sur leur santé ? En ces temps de pandémie et de désinformation, la question préoccupe. Au point qu’un atelier virtuel a été proposé au sein de la faculté de médecine du  Duke’ s Social Science Research Institute  destin és aux praticiens et aux acteurs du système de santé. «  Le problème n’est pas nouveau , a reconnu le Dr Brian Southwell, un expert sur le sujet,  mais il est aujourd’hui exacerbé par les réseaux sociaux, avec des conséquences parfois dangereuses  ». Quelques idées clés des ré ponses  à  son interview r écemment paru dans le JAMA.

À quels types de fausses informations sommes-nous confrontés  ?

Nous sommes aujourd’hui exposés à une somme considérable d’informations et de mésinformations qu’il est très facile de partager rapidement avec un très grand nombre de personnes. «  Cela donne l’impression que toutes les informations sont équivalentes en termes d’ utilit é et de cré dibilit é  ». À cela s’ajoute la volonté de certains, de façon individuelle ou organisé e, de diss éminer de façon virale et volontaire de fausses informations. C’est ce que l’on appelle la désinformation. Ces fausses informations sont pour les patients d’autant plus difficiles à dé celer qu ’ils ne savent pas les apprécier en fonction de la source.

Quelles sont les fausses informations les plus fréquemment rencontrées sur les réseaux sociaux ?

Il est bien établi que les informations sensationnelles ou directement en lien avec la vie quotidienne sont davantage partagées sur les réseaux sociaux, indépendamment de leur niveau d’intérêt. Les fausses informations relatives à notre bien-être ou à celui de nos proches ont également plus de chances d’être partagées. Alors qu’à l’opposé, les informations scientifiques peuvent paraître plus éloignées du quotidien et sont donc moins relayé es.

Qu ’est-ce qui nous rend vulnérables à la mésinformation  ?

«  Nous sommes tous plus ou moins vulnérables à la mésinformation … parce que nous sommes des êtres humains  » a expliqué l’expert, avec des besoins de lien social, d’espoir en l’avenir, de sécurité concernant notre santé et notre bien-être. Les fausses informations qui sont admises pour vraies répondent le plus souvent à ces besoins, et ce d’autant plus qu’elles correspondent à  ce que l ’on attend pour l’avenir. Elles passent aussi plus facilement la barrière de notre jugement critique si elles suscitent l’intérêt ou l’enthousiasme de nos proches, parce que nous avons besoin de rester en lien et en cohésion avec eux. 

Comment expliquer la négation ou la banalisation de l’épidémie de COVID-19 par certains ?

L’acceptation de ces mésinformations ré pond  à un besoin d’apporter une forme de rationalisation du monde dans lequel nous vivons ou une raison d’espérer, en particulier lorsqu’une situation apparaît problématique ou incertaine, comme c’est le cas dans cette épidémie. Dans d’autres cas, elle ré pond  à un besoin d’identifier plus facilement une menace ou apporte la possibilité à des personnes très angoissées d’adopter des actions concrètes, comme le fait de boire beaucoup d’eau pour se protéger du virus, par exemple. Ces mécanismes de défense psychologique peuvent pousser certains jusqu’à s’orienter vers la théorie du complot.

Quelle attitude adopter face aux fausses croyances des patients concernant leur santé  ?

Les médecins se heurtent quotidiennement aux fausses croyances de leurs patients, avec la frustration d’être dans l’ impossibilit é de r établir les faits reconnus au plan scientifique. «  C’est pourquoi nous avons développé ces ateliers  » explique le Dr Southwell. Ils apportent quelques clés pour guider les entretiens avec les patients en temps limité, sans partir dans des explications techniques visant à démonter les faux arguments ou à  discr éditer les sources. Cela suppose d’aborder les choses sous un angle différent. Tout d’abord d’admettre que nous sommes tous vulnérables à la mé/désinformation de façon à adopter une attitude humble, bienveillante, empathique, et que le patient se sente reconnu et non jugé (le dédain ou le mépris sont plutôt de nature à renforcer les fausses croyances). Prendre le temps d’écouter, ne pas essayer de convaincre ni prétendre détenir la vérité, mais rechercher pourquoi ces affirmations sont importantes pour lui, et à quelles valeurs elles sont rattachées. Enfin, se réjouir avec le patient que ce type de conversation puisse avoir lieu et de la confiance qu’ il t émoigne en partageant ses croyances avec vous. Ce simple changement de position de la part du praticien permet d’ouvrir la ré ceptivit é à de nouvelles informations plus crédibles. Il peut permettre au patient de maintenir le lien avec le système de santé plutôt que d’en sortir totalement et,  in fine , au médecin de gagner du temps et de l’efficacité sur la prise en charge future.

Au-delà de l’action individuelle des médecins, l’expert propose aussi une réflexion sur le rôle des institutions de santé, avec en particulier la surveillance régulière des principales fausses informations en circulation, de façon à les mettre à disposition des praticiens accompagné es de r éponses approprié es.