Comment prévenir l’insuffisance rénale liée aux produits de contraste iodés

  • Mauler-Wittwer S & al.
  • JACC Cardiovasc Interv

  • Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Par rapport à l’augmentation conventionnelle de l’hydratation, l'utilisation de RenalGuard (un système de perfusion avec administration d’un diurétique et collecte des urines) ne permet pas de réduire l'incidence de la néphropathie induite par les produits de contraste iodés chez les patients traités pour intervention cardiovasculaire complexe et à risque d’insuffisance rénale aiguë.

  • Ces données obtenues dans une plus large étude randomisée que celles disponibles jusqu’à présent (mais toutefois menée en ouvert) apporte un éclairage sur la question encore non résolue de l’efficacité de l’approche. De nouvelles études seraient utiles pour déterminer si ce système a un avantage potentiel pour prévenir la survenue d’une néphropathie dans certains sous-groupes de patients.

Pourquoi est-ce important ?

RenalGuard est un système de perfusion et de collecte des urines, associée à l’administration de diurétique, dont l’objectif est d’augmenter le débit urinaire et, ainsi, réduire le risque de survenue d’une néphropathie au produit de contraste iodé, aux conséquences potentiellement graves. Ce système est donc envisagé chez les personnes reconnues comme étant les plus à risque de défaillance rénale aiguë. Cependant, les études cliniques et observationnelles publiées comparant cette approche à l’augmentation de l’hydratation seule, montrent des résultats contradictoires chez les patients devant suivre une procédure de chirurgie interventionnelle. La conduite de cette étude multicentrique de plus grande ampleur que les précédentes était donc importante pour préciser les choses.

Méthodologie

L’étude randomisée STRENGTH multicentrique, internationale et ouverte a recruté des patients souffrant d'une maladie rénale chronique modérée à sévère (débit de filtration glomérulaire estimée ou DFGe 15-40 ml/min/m²) devant suivre une intervention coronarienne nécessitant l’injection d’un volume de contraste de contraste d'au moins 3 fois le DFGe. Les patients ont été randomisés (1:1) entre RenalGuard, et une hydratation intraveineuse. Le suivi des patients a été assuré durant 1 mois suivant la procédure. Le critère d'évaluation principal de l'étude était la survenue d'une néphropathie induite par le produit de contraste (augmentation ≥0,3 mg/dL de la créatininémie et/ou +25% de la valeur à l’inclusion à J3 ou nécessité d'une dialyse à J5).

Principaux résultats

Au total, 259 patients ont été recrutés (âge moyen 79 ans, 50% d'hommes, DFGe moyen 32ml/min/1,73m²) qui nécessitaient principalement une intervention coronarienne percutanée (48%). L'apport liquidien total durant la procédure était plus élevé dans le groupe RenalGuard que dans le groupe contrôle (6.196mL contre 1.407mL).

Une insuffisance rénale aiguë est survenue chez 15,9% du groupe traité contre 13,9% du groupe contrôle, sans différence statistique significative. De même, aucune différence n’a été observée concernant la fréquence des anomalies rénales justifiant le diagnostic.

Le maintien du suivi à 12 mois n’a pas permis d’identifier de différence significative entre les deux groupes sur le plan de la survenue d’évènements cardio- ou cérébrovasculaires majeurs