Comment prédire la transition diagnostique du trouble dépressif majeur au trouble bipolaire?

  • Nestsiarovich A & al.
  • Transl Psychiatry

  • Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

A retenir

  • Parce qu’il est difficile d’établir si un premier trouble dépressif est une manifestation précoce de trouble bipolaire ou une comorbidité, une équipe américaine a développé un modèle permettant de calculer le risque à 1 an de transition diagnostique. Dans le modèle de régression final qu’elle a établi, un plus jeune âge, une sévérité plus élevée de l'épisode dépressif initial, l’anxiété et la présence de caractéristiques psychotiques pendant la dépression initiale constituent les facteurs prédictifs de transition diagnostique à un an les plus importants. À titre d’exemple, une femme de 21 ans avec un diagnostic initial de trouble dépressif majeur (TDM) léger, des antécédents de trouble anxieux et de toxicomanie a un risque de conversion à 1 an d’environ 4%.

 

Il reste encore difficile d’établir avec certitude si un épisode de TDM est une comorbidité du trouble bipolaire (TB) ou sa manifestation la plus précoce. Aussi, il n’est pas rare que les patients atteints de trouble bipolaire soient initialement diagnostiqués à tort comme souffrant de TDM et soient traités avec des antidépresseurs, engendrant des risques iatrogènes. Une étude rétrospective conduite à partir d’une cohorte TDM a ainsi montré que 7,6 à 12,1% des participants ont vu leur diagnostic être modifié en TB au cours de 8 ans de suivi.

Une meilleure connaissance des facteurs de risque de conversion du TDM aux TB et/ou un modèle prédictif à partir des données individuels pourraient être précieux en pratique clinique. Des paramètres comme le rôle du sexe, de l'âge du début de la dépression et de sa sévérité ont été évoqués comme favorisant mais les données restent contradictoires. Aussi, des chercheurs américains ont conduit ce travail en exploitant les données de plusieurs bases de données américaines puis ont validé leur modèle prédictif en utilisant d’autres bases internationales, dont l’une est européenne.

Méthodologie

Les auteurs ont mené en premier lieu une étude de cohorte observationnelle rétrospective afin de développer un modèle pronostique de la conversion du diagnostic de TDM en TB sur une période d'un an, en exploitant cinq bases de données (CCAE, MDCR, MDCD, Optum EHR, Optum claims). Les patients inclus dans le modèle devaient avoir plus de 10 ans au moment du premier diagnostic de TDM (date index) sans diagnostic psychiatrique ou utilisation de traitements psychotropes dans l’année ayant précédé la date index. La validation de la modélisation a été menée à partir d’autres bases de données américaines (OHDSI, CUIMC, STARR), asiatiques (AUSOM, JMDC) et européennes (IQVIA).

Principaux résultats

Un total de 2.687.578 patients a pu être inclus dans la modélisation initiale : celle-ci a été conduite statistiquement puis a suivi une étape de retraitement par des experts cliniciens afin de regrouper les variables proches en covariables "composites" (exemple "abus de substances" associant abus d'alcool ou dépendance aux opiacés).

Un score a pu être attribué à chacune des variables, une valeur positive favorisant le risque de transition, au contraire d’un score négatif : les paramètres qui avaient la plus forte incidence étaient ainsi l’âge à l'apparition du TDM (+11 pour les 10-14 ans, +12 pour les 15-29 ans par exemple versus 0 pour les 60-69 ans et -3 et -5 pour les 70-74 ans et les plus de 75 ans), un TDM sévère (+5), une psychose à la date index (+10), des pensées ou actions autodestructrices à la date index ou durant l’année précédente (+9)... In fine, l’aire sous la courbe du modèle développé variait de 0,633 à 0,745 selon les bases de données de construction (moyenne 0,689) et de 0,570 à 0,785 (moyenne 0,664) parmi les bases de données de validation.

Ainsi, le modèle permet d’évaluer le risque individuel à 1 an pour chaque patient après avoir calculé son risque : à titre d’exemple une femme de 21 ans (+12 points) ayant reçu un diagnostic initial de TDM léger (-5 points), avec des antécédents de trouble anxieux (+1 point) et de toxicomanie (+5 points), mais sans autre facteur de risque, a un score global de 13 qui, selon la courbe de modélisation, représente un risque à 1 an d’environ 4% de conversion.