Comment les professionnels de santé peuvent œuvrer aux côtés des jeunes pour répondre aux enjeux climatiques ?

  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Un article publié dans le British Journal of Medicine plaide en faveur de la reconnaissance de l’impact de la crise climatique sur le bien-être des adolescents et appelle les professionnels de santé à les accompagner. « Dans une récente enquête menée auprès de plus de 10.000 jeunes âgés de 16 à 25 ans dans 10 pays, plus de 50% des répondants ont déclaré se sentir anxieux, effrayés et impuissants face à la crise climatique » soulignent les auteurs.

Les jeunes générations, seront les plus concernées par les changements climatiques

Les experts font l’hypothèse d’une hausse des températures au niveau mondial entre 1,5 et 3,5°C d’ici à la fin du siècle, accélérant les phénomènes de catastrophe climatique que nous connaissons actuellement. L’impact de ce dérèglement climatique sera d’autant plus important pour tous ceux qui ont entre 0 et 20 ans aujourd’hui. Déstabilisant les équilibres sociaux, environnementaux et économiques liés à la santé et au bien-être, la crise climatique est vraisemblablement la plus grande menace sanitaire mondiale de notre siècle.

« Nous soutenons qu’il est temps que les professionnels de la santé prennent plus explicitement conscience ces impacts sur la santé physique et mentale des adolescents, ainsi que les effets plus larges sur leur bien-être » insistent les auteurs. Pour eux, « il est important que les professionnels de santé reconnaissent leurs responsabilités pour soutenir les adolescents et protéger leur bien-être face à la crise climatique ».

Le bien-être et la santé des adolescents en lien avec ces enjeux sont-ils bafoués par les gouvernements ?

Le bien-être des adolescents « est un état dans lequel ils ont le soutien, la confiance et les ressources nécessaires pour prospérer en réalisant leur plein potentiel et leurs droits. Une bonne santé et une nutrition optimale sont reconnues comme essentielles au bien-être. » Or, les changements climatiques menacent tous ces aspects. Certains adolescents à travers le monde sont entrés dans l’action et la résilience de manière individuelle et collective. Au niveau planétaire, les changements climatiques et en particulier les catastrophes climatiques, augmentent le risque de blessures et handicaps. Ces changements augmentent également le risque de certaines pathologies chroniques, comme l’asthme du fait des niveaux plus élevés de pollens et d’une qualité de l’air détériorée. Ils exacerbent à travers le monde, les risques de détresse psychologique liés aux conditions météorologiques extrêmes, aux migrations forcées, à la malnutrition des enfants et adolescents, ainsi qu’aux risques de conflits du fait de l’insécurité alimentaire liée aux sécheresses.

Les changements climatiques ont également un impact délétère sur la qualité de l’éducation par la destruction d’écoles lors de phénomènes climatiques extrêmes, ou par la diminution de l’attention due aux fortes chaleurs.

L’impact psychologique des adolescents est renforcé par la désillusion créée par la dissonance entre les enjeux climatiques et l’inaction ou les réponses insuffisantes des gouvernements.

Comment les professionnels peuvent-ils aider les adolescents ?

« Il est souvent suggéré que l’action est un antidote à l’anxiété et au mal-être liés aux changements climatiques » évoque l’un des auteurs précisant que les jeunes qui participent à l’action climatique développent des compétences individuelles et interpersonnelles qui contribuent à leur propre développement : autorégulation de leurs émotions, travail d’équipe, diminuant leurs entiment d’impuissance et celui d’être seul face à ces défis. Certes, leurs actions se multiplient un peu partout à travers le monde. Certains groupes d’adolescents se sont appuyés sur les Droits de l’Enfant établis par la Convention des Nations Unies pour rappeler leur droit à la vie et à la santé. Une pétition a même été lancée contre cinq membres du G20 pour violation de ces droits, parmi eux figure la France aux côtés de l’Allemagne, le Brésil, l’Argentine et la Turquie. Soutenir l’engagement des jeunes est une chose. S’engager activement à leurs côtés en est une autre : la responsabilité de toutes les générations qui les précèdent. En ce sens, les professionnels de santé ont un rôle à jouer pour sensibiliser à l’ampleur et à l’impact des changements climatiques sur le bien-être des adolescents en impliquant à leurs côtés éducateurs et parents. La communauté médicale peut également travailler à décarboner sa propre pratique, geste de coopération pour soutenir l’effort global.