Comment l’élargissement de l’accès aux traitements de substitution aux opioïdes peut influencer les chiffres de morbimortalité VIH : exemple de l’Ukraine


  • Heather Mason
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

En Europe de l'Est et l'Asie centrale, l'incidence et la mortalité liée au VIH continuent d'augmenter, en particulier chez les usagers de drogues injectables (UDI). Or, la prescription des traitements de substitution aux opioïdes (TSO) y est faible, malgré l’importance des preuves permettant de confirmer qu’ils sont efficaces et coût-efficaces lorsqu’ils sont prescrits aux UDI.

Une étude parue dans The Lancet HIV décrit une modélisation mathématique qui établit comment l’élargissement de la prescription des TSO pourrait influencer les données régionales en Ukraine, à partir des données épidémiologiques locales, des profils épidémiques et des statistiques concernant le recours et le maintien sous TSO des sujets UDI. L'effet de cette démarche sur la prévention de l’infection à 10 ans et de la mortalité associée a aussi été évalué.

Ainsi, dans un scénario statu quo, ne modifiant pas l’actuel recours aux TSO (2,7%), le nombre de nouvelles infections VIH parmi les UDI pourrait être de 58.820 au cours des 10 prochaines années, avec des différences régionales importantes. Un accès optimisé au TSO (meilleure allocation individuelle sans modifier le volume de TSO) permettrait de passer l’accès au traitement de 2,7% à 3,3%.

Faire passer l’accès au TSO à 10% et 20% de la population cible sur 10 ans permettrait d'éviter 4.368 et 10.864 nouvelles infections et de réduire de 7.096 et 17.863, respectivement, le nombre de décès par rapport au scénario statu quo. Dans les 5 régions où les chiffres du VIH sont les plus élevés, une couverture de 20% permettrait de prévenir 56% des nouvelles infections et 49% des décès sur les 10 prochaines années.

Points clés:

  • Les stratégies actuelles de prévention et de traitement du VIH doivent être réévaluées.
  • Pour améliorer les chiffres liés au VIH, le TSO doit être significativement diffusé dans toutes les régions ukrainiennes.
  • L’optimisation de la posologie et l’augmentation de l'approvisionnement régional en médicaments sont deux éléments importants pour maintenir les UDI sous TSO.
  • Cette modélisation peut aider des pays ayant une épidémiologie proche de celle de l’Ukraine à établir leur propre stratégie.