Comment l’abaissement du seuil de PAS définissant l’HTA se traduit-il en termes pronostiques ?

  • Atasoy S & al.
  • Eur Heart J
  • 21 nov. 2018

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Après avoir reclassifié les 11.603 patients de l’étude MONICA/KORA selon la valeur de leur pression artérielle (PA), il apparaît que considérer les patients 130-139/80-89 mmHg comme étant au stade 1 d’HTA, tel que défini par l’ACC/AHA, multiplie par près de deux la prévalence de la maladie en population par rapport à celle fondée sur les seuils de PA de 140/90 mmHg (63% vs 33,7%).

  • La mortalité cardiovasculaire (MCV) à 10 ans de ces patients ne serait pas différent de celui des sujets présentant une PA considérée comme normale ou normale haute (respectivement PAS/PAD

Pourquoi cette étude a-t-elle été menée ?

Les sociétés européennes (ESC) et américaines (ACC/AHA) ont retenu des seuils différents concernant la définition de l’HTA : les patients ayant une PAS/PAD de 130-139/80-89 mmHg sont désormais considérés comme hypertendus de stade 1 outre-Atlantique, alors qu’ils correspondent à des patients présentant une PA normale haute en Europe. Cette reclassification a été motivée par les données de différentes études cliniques randomisées, dont SPRINT. Les données épidémiologiques peuvent apporter des enseignements différents, obtenus en condition de ‘vie réelle’. C’est dans ce contexte qu’il était intéressant d’analyser les données de la cohorte de population MONICA/KORA.

Méthodologie

  • Le projet MONICA (MONItoring trends and determinants in CArdiovascular disease) est un projet international mené avec l’OMS dans lequel 11.603 patients de 25-74 ans issus d’une région allemande (MONICA/KORA) ont été recrutés et ont bénéficié d’une évaluation de leur PA, des facteurs de risque CV (hygiène de vie, facteurs somatiques, troubles de l’humeur) et d’un suivi prospectif selon un protocole et des tests et analyses standardisés.

  • L’objectif était d’évaluer les conséquences épidémiologiques et cliniques de la requalification des patients présentant des valeurs de PAS/PAD de 130-139/80-89 mmHg comme étant des hypertendus de stade 1. Ces données ont été comparées à celles des sujets présentant une HTA de stade 2 (≥140 et ≥90 mmHg) et à ceux ayant une PAS normale ou normale haute (respectivement PAS/PAD

Principaux résultats

  • La cohorte était constituée de 51,6% d’hommes (âge moyen 47,26 ans à l’inclusion).

  • Le nombre de patients présentant une HTA de stade 2 était de 33,7% et celui des patients hypertendus de stade 1 de 29,3%.

  • La fréquence du haut risque CV, selon la prévalence des autres facteurs de risque (diabète, sédentarité, surpoids…), augmentait avec les valeurs de PA : elle passait ainsi de 7% des sujets ayant une PA normale à 21% des sujets ayant une HTA de stade 2.

  • La MCV à 10 ans pour 1.000 personnes était de 1,61 cas dans la catégorie des sujets HTA de stade 2, 1,07 pour les HTA de stade 1 et de 1,0 pour les sujets présentant des valeurs de PA normales hautes. Ainsi, par rapport aux patients à PA normale, le risque de MCV après analyse multivariée était de 1,54 (HR [1,04-2,28], p=0,03) pour le groupe HTA de stade 2, alors qu’elle était non significative pour le groupe HTA de stade 1 et les sujets ayant une PA normale haute.

  • La MCV à 10 ans était supérieure dans la catégorie des sujets hypertendus de stade 2 chez les patients traités par rapport à ceux non traités par antihypertenseurs, alors que cette dichotomie n’apparaissait pas chez les hypertendus de stade 1 traités ou non traités.

  • Les analyses menées ont montré que certains facteurs, comme l’obésité ou la présence de symptômes dépressifs, avaient une influence plus importante sur le pronostic de MCV que l’HTA (HR :1,341,05-1,72]). Par ailleurs, la prévalence de la dépression était supérieure chez les sujets ayant une HTA de stade 2  en cas de traitement antihypertenseur (47% vs 33% en l’absence de traitement, p

Principales limitations

Certains facteurs de confusion ont pu échapper à l’analyse, tandis que les liens de causalité ne sont pas démontrés.

Financement

L’étude a reçu des fonds allemands.