Comment fidéliser les donneurs de sang ?


  • Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L e rôle des infirmières est important dans la fidélisation des donneurs de sang. Professionnelles engagées auprès d’eux tout au long du don, leur positionnement et leur discours (réassurance, sécurité, patience, empathie…) peuvent constituer de véritables leviers favorisant la récurrence des dons. La revue Recherche en soins infirmiers fait le point des données de la littérature sur le sujet.

Caractéristiques des donneurs réguliers

Selon les données publiées, les donneurs sont surtout des hommes, des sujets âgés de 18 à 35 ans, des personnes vivant en couple et des personnes étant employées ou étudiantes. Les principaux facteurs favorisant le don sont la facilité d’accès à un centre de don, la volonté d’aider les autres et le fait qu’un proche ait eu besoin d’un don. L’influence des amis ou du conjoint sur le fait de franchir le pas est également citée.

Chez les non-donneurs, plusieurs facteurs ont été identifiés comme non favorisants, comme la peur de l’aiguille, de la vue du sang ou de se sentir mal. Le temps et la disponibilité nécessaires constituent également un frein au fait de devenir donneur ou de le rester.

Stratégies de concrétisation et de fidélisation

  • L’anxiété constitue un élément non négligeable dans la réticence des non-donneurs. Plusieurs approches ont été évaluées pour la réduire : la possibilité de consulter des sites d’information sur le don du sang et, encore plus, la pratique d’une méthode de relaxation ou d’une méthode de tension–relâchement musculaire transitoire permettent d’augmenter le nombre de personnes souhaitant devenir donneurs.

  • L’engagement dans un “contrat social” entre le donneur et le centre de transfusion, dans lequel le premier accepte la prise de contact personnel par le second à la suite d’un premier don, a été décrit comme efficace afin de fidéliser les donneurs. Proposer d’emblée une prochaine date de don peut aussi accroître la fidélisation.

  • La démarche de l’infirmière, centrée sur la personne, est essentielle pour apporter l’information, rassurer et soutenir. Ne pas prendre le temps de répondre aux questionnements ou de ne pas répondre de façon pertinente, le fait de ne pas prendre le temps nécessaire, banaliser l’appréhension de la piqûre ou de la vue du sang sont des éléments qui peuvent inciter le donneur à ne pas renouveler l’acte. La patience, le calme, la bonne humeur et l’empathie constituent autant d’attitudes positives favorisantes. L’infirmière doit aussi rassurer quant à la sécurité du don.

  • Enfin, l’environnement dans lequel se déroule le don ainsi que le délai d’attente peuvent être des éléments supplémentaires décisifs sur la fidélisation des donneurs.