COE-LA : la RCT avant une intervention chirurgicale améliore la survie dans un essai chinois

  • Yang H & al.
  • J Clin Oncol

  • Univadis
  • content_folder.clinical_summaries_univadis_global.label
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une radiochimiothérapie néoadjuvante (RCTN) suivie d’une intervention chirurgicale permet d’améliorer la survie, comparativement à une intervention chirurgicale seule, chez les patients atteints d’un carcinome œsophagien épidermoïde localement avancé (COE-LA).

Pourquoi est-ce important ?

  • Une RCTN associée à une intervention chirurgicale est l’option à privilégier avec des événements indésirables gérables.

Protocole de l’étude

  • Un essai contrôlé randomisé de phase III, multicentrique, en ouvert (NEOCRTEC5010) a été mené afin de comparer la RCTN associée à une intervention chirurgicale (groupe RCT ; n = 224) à une intervention chirurgicale seule (n = 227) dans le cadre du COE thoracique potentiellement résécable, de stade T1–4N1M0/T4N0M0.
  • La RCTN se composait de vinorelbine 25 mg/m2 et de cisplatine 75 mg/m2 associés à une dose totale concomitante de radiothérapie de 40,0 Gy.
  • L’intervention chirurgicale était une œsophagectomie de McKeown ou d’Ivor Lewis.
  • Le critère d’évaluation principal était la SG.
  • Financement : ministère de la Santé de Chine ; Fondation nationale des sciences de Chine ; Fonds spécial à destination des projets majeurs de science et de technologie de la province du Zhejiang.

Principaux résultats

  • Dans le groupe RCT, le taux de réponse complète pathologique était de 43,2 %.
  • Le groupe RCT était supérieur au groupe avec intervention chirurgicale seule sur les résultats suivants :
    • Taux de résection R0 (aucun résidu tumoral macroscopique ou microscopique) plus élevé, de 98,4 % contre 91,2 % (P = 0,002) ;
    • Meilleure SG médiane, de 100,1 mois contre 66,5 mois (RR : 0,71 ; P = 0,025) ; et
    • SSM plus longue, de 100,1 mois contre 41,7 mois (RR : 0,58 ; P < 0,001).
  • Les événements indésirables de grade 3 ou 4 les plus fréquents avec la RCTN étaient la leucopénie (48,9 %) et la neutropénie (45,7 %).

Limites

  • Étude menée en ouvert.