CNP : la RTMI est associée à des troubles neurocognitifs et comportementaux dans une étude canadienne

  • McDowell LJ & al.
  • Radiother Oncol

  • Univadis
  • Clinical Summary
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une étude transversale suggère que la radiothérapie à modulation d’intensité (RTMI) est associée à des taux importants de troubles neurocognitifs et comportementaux chez les survivants à long terme d’un carcinome du nasopharynx (CNP).

Pourquoi est-ce important ?

  • Il s’agit de l’étude connue la plus vaste sur les résultats cognitifs et neurocomportementaux à long terme chez des survivants d’un CNP traités par RTMI.

Principaux résultats

  • Pour les résultats rapportés par les patients et ceux rapportés par leur famille, les symptômes neurocomportementaux préalables à la maladie se situaient dans la plage normale (scores moyens à l’échelle d’évaluation du comportement lié aux fonctions frontales [Frontal Systems Behavior Scale ; FrSBe] : inférieur à 60) tandis que les scores post-traitement étaient significativement plus élevés (P < 0,05, pour tous) et se situaient dans une plage anormale.
  • La proportion de patients se situant dans la plage cliniquement significative (au moins 65) était significativement plus élevée après le traitement, par rapport à la période préalable à la maladie (total à l’échelle FrSBe : 44 % contre 23 % ; apathie : 48 % contre 19 % ; désinhibition : 35 % contre 20 % ; dysfonctionnement exécutif : 39 % contre 24 % ; P < 0,05, pour tous).
  • Les symptômes neurocomportementaux post-traitement ont été associés à une plus faible qualité de vie, à une anxiété accrue et à une dépression accrue (P < 0,001, pour tous).

Protocole de l’étude

  • 102 patients qui ont reçu une RTMI ont été évalués après au moins 4 ans (durée médiane : 7,5 ans) quant aux symptômes neurocomportementaux autorapportés ou rapportés par leur famille par le biais de l’échelle d’évaluation FrSBe.
  • Financement : aucun.

Limites

  • Biais de rappel potentiel.
  • Étude transversale.