CNEHG du poumon : l’association irinotécan et cisplatine obtient des résultats décevants

  • Kenmotsu H & al.
  • J Clin Oncol
  • 2 nov. 2020

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’ajout d’irinotécan au cisplatine (IP) n’a offert aucun bénéfice de survie, comparativement au traitement de référence par étoposide et cisplatine (EP), dans le cadre du carcinome neuroendocrine de haut grade (CNEHG) du poumon de stade I–IIIA réséqué.

Pourquoi est-ce important ?

  • Des études précédentes ayant comparé l’efficacité de l’association IP à celle de l’association PE dans le cadre du cancer bronchique à petites cellules (CBPC) étendu ont obtenu des résultats contradictoires.

Méthodologie

  • Une étude randomisée de phase III a été menée en ouvert.
  • 221 patients atteints d’un CNEHG du poumon de stade I–IIIA ayant fait l’objet d’une résection complète ont reçu une chimiothérapie adjuvante à base d’IP (n = 110) ou d’EP (n = 111).
  • Financement : Agence japonaise pour la recherche et le développement dans le domaine médical ; autres.

Principaux résultats

  • Le taux d’achèvement du traitement était significativement plus élevé avec l’association EP (87 % contre 73 % ; P = 0,007).
  • Le taux de progression de la maladie ou de décès était similaire entre les groupes.
  • Aucune différence significative n’a été observée entre les groupes au niveau de la survie sans récidive (SSR) à 3 ans (65,4 % avec l’association EP, contre 69,0 % avec l’association IP ; rapport de risque [RR] : 1,076 ; P = 0,619).
  • Aucune différence significative n’a été observée entre les groupes au niveau de la SSR à trois ans chez les patients atteints d’un CBPC ou d’un CBPC combiné ou d’un carcinome neuroendocrine à grandes cellules combiné.
  • Les patients atteints d’une maladie de stade I ont obtenu une amélioration de la SSR avec l’association IP :
    • RR de 0,641 (IC à 95 % : 0,288–1,426).
  • Les patients atteints d’une maladie de stade II–IIIA ont obtenu une amélioration de la SSR avec l’association EP :
    • RR de 1,487 (IC à 95 % : 0,806–2,740).
  • La plupart des événements indésirables de grades 3–4 étaient plus fréquents avec l’association EP :

Limites

  • La survie globale (SG) médiane n’a pas été atteinte.