Cirrhose liée au VHC : prédiction des complications par les tests non invasifs

  • Zarski JP & al.
  • Clin Res Hepatol Gastroenterol
  • 12 déc. 2019

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Selon une étude cas-témoin menée à partir d’un registre national français, les méthodes non invasives d’évaluation des marqueurs sériques de la fibrose peuvent être utilisées pour prédire le risque de complication chez des patients atteints de cirrhose compensée liée à l’infection par le virus de l’hépatite C (VHC) chronique.

Il est établi que tous les patients n’ont pas le même risque de décompensation ou de développer un hépatocarcinome et que des paramètres sociodémographiques (âge, sexe) ou clinique (diabète, taux d’ARN VHC…) interviennent. Ce travail permet d’affiner la compréhension du risque de complication en positionnant les tests non invasifs sanguins (Fibrotest, Fibromètre, ELF), les mesures de la sévérité de la fibrose par élastométrie (Fibroscan) et l’association des tests sanguins à des marqueurs inflammatoires (Actitest et Inflameter).

Étude cas-contrôlée issue de la cohorte CirVir

L’étude ANRS 012 CirVir est une cohorte française qui a été constituée entre 2006 et 2012 et qui a recruté des adultes présentant une cirrhose, des anticorps anti-VHC ou HbsAg et une fibrose de stade Child-Pugh A. Parmi eux, ont été retenus 1.323 participants infectés par le VHC. Les données étaient disponibles jusqu’en décembre 2015 (suivi médian 58,2 mois). Ils bénéficiaient d’un suivi régulier et de tests non invasifs annuels.

Principaux résultats

Au cours du suivi, les données de 86 patients ayant développé une complication hépatique (dont 58 carcinomes hépatocellulaires, 38 ascites, 16 hémorragies digestives et 10 encéphalopathies) ont été appariées selon la méthode des scores de propension à 257 patients sans complication sur les critères d'âge, de sexe et de durée de suivi.

Sur l'ensemble des cas, la valeur de tous les tests sanguins non invasifs était statistiquement supérieure chez les sujets ayant développé une complication que chez les autres, à l'inclusion comme durant le suivi. Dans la population ayant atteint une réponse virologique soutenue (RVS), la même observation était faite hormis pour le Fibrometer et l'Inflameter qui étaient à la limite de la significativité.

Par ailleurs, les valeurs d'élastométrie ne permettaient pas de distinguer les cas des sujets contrôles, à l'inclusion comme au cours du suivi.

Financement

CirVir est une étude financée par l’ANRS (Agence Nationale de recherche sur le sida et les hépatites virales)