Choléra : l’évaluation du risque selon l’ECDC concernant la dernière flambée de la maladie


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les médecins sont exhortés à envisager le diagnostic de choléra chez les voyageurs présentant des symptômes compatibles qui reviennent de certaines régions d’Algérie. 

Le pays est actuellement confronté à sa première flambée de choléra depuis plus de 20 ans, avec 74 cas de choléra confirmés provenant de 6 zones septentrionales et côtières du pays, selon les rapports datant du 30 août. Des cas ont été rapportés aussi bien dans des zones rurales que dans des zones urbaines, dont la capitale Alger. 

Dans une nouvelle évaluation rapide du risque, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (European Centre for Disease Prevention and Control, ECDC) a déclaré que le risque actuel d’infection est très faible pour les voyageurs de l’Union européenne/Espace économique européen (UE/EEE) se rendant en Algérie et pour les personnes habitant en Algérie qui suivent les mesures adéquates d’hygiène préventive. L’agence a également déclaré que le risque d’importation de la maladie dans l’UE/EEE est très faible tandis que le risque de propagation dans l’UE est négligeable. 

L’ECDC a cependant affirmé que les médecins exerçant dans l’UE/EEE devaient envisager le diagnostic de choléra chez les voyageurs revenant des régions touchées en Algérie qui présentent des symptômes compatibles. « Les médecins et les laboratoires cliniques doivent suivre les recommandations nationales de santé publique sur le signalement des cas de choléra », a-t-elle ajouté. 

La vaccination doit être envisagée pour les voyageurs courant un risque élevé comme les secouristes/travailleurs humanitaires qui sont susceptibles d’être directement exposés, a indiqué l’agence.