Cholangiocarcinome : l’association du nab-paclitaxel et de la gemcitabine représente une alternative

  • Sahai V & al.
  • JAMA Oncol
  • 1 déc. 2018

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’association du paclitaxel lié à des nanoparticules d’albumine (nanoparticle albumine-bound, nab) et de la gemcitabine est bien tolérée et se révèle efficace chez les patients atteints d’un cholangiocarcinome métastatique.
  • Cette association n’a pas satisfait à l’hypothèse alternative d’amélioration de 70 % de la SSP.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le paclitaxel a le potentiel pour améliorer l’efficacité de la gemcitabine en inhibant l’enzyme métabolisante ; la formulation à base de nanoparticules permet de réduire la toxicité.
  • Ces résultats suggèrent que cette nouvelle association pourrait représenter une alternative acceptable au traitement de référence à base de gemcitabine associée à un analogue du platine.

Protocole de l’étude

  • Un essai de phase II à bras unique a été mené auprès de 74 patients (âge médian : 62 ans [intervalle : 36–87] ; 44 femmes) recevant du nab-paclitaxel associé à de la gemcitabine.
  • Le nombre médian de cycles était de 6 (intervalle : 1–18).
  • Le suivi médian était de 10,2 mois (intervalle : 0,6–27,3). 
  • Critère d’évaluation principal : SSP (nulle et hypothèses alternatives de 55 et 70 %, respectivement).
  • Financement : Celgene.

Principaux résultats

  • La SSP à six mois était de 61 % (IC à 95 % : 48–73 %), ce qui ne satisfaisait pas à l’hypothèse alternative de 70 %.
  • SSP médiane de 7,7 mois (IC à 95 % : 5,4–13,1).
  • SG médiane de 12,4 mois (IC à 95 % : 9,2–15,9).
  • Délai médian jusqu’à la progression de 7,7 mois (IC à 95 % : 6,1–13,1).
  • Taux de meilleure réponse globale confirmée de 30 %. Taux de meilleur contrôle de la maladie confirmé de 66 %.
  • 97 % des patients ont présenté un événement indésirable (EI) lié au traitement (de grade supérieur ou égal à 3 ; 88 %).
  • EI les plus fréquents : fatigue (70 %), neutropénie (68 %), neuropathie périphérique (55 %).

Limites

  • Étude non contrôlée.
  • Échantillon de petite taille.