Chirurgie réparatrice de la valve mitrale transcathéter chez les patients atteints d’une hypertension pulmonaire


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle étude publiée dans la revue JAMA Cardiology suggère que l’hypertension pulmonaire (HTNp) est associée à une augmentation de la mortalité et des réhospitalisations pour cause d’insuffisance cardiaque, chez les patients faisant l’objet d’une chirurgie réparatrice de la valve mitrale transcathéter (CRVMT). 

L’étude de cohorte rétrospective a analysé les données du registre de traitement valvulaire transcathéter de la Société des chirurgiens thoraciques/du Collège américain de cardiologie (The Society of Thoracic Surgeons/American College of Cardiology), pour 4 071 patients ayant fait l’objet d’une CRVMT par le système MitraClip entre le 4 novembre 2013 et le 31 mars 2017. 

Les patients ont été stratifiés en 4 groupes sur la base de la pression artérielle pulmonaire moyenne (PAPm) invasive : absence d’une HTNp (PAPm inférieure à 25 mmHg ; groupe 1 ; n = 1 103), HTNp légère (PAPm : 25–34 mmHg ; groupe 2 ; n = 1 399), HTNp modérée (PAPm : 35–44 mmHg ; groupe 3 ; n = 1 011) et HTNp sévère (PAPm supérieure ou égale à 45 mmHg ; groupe 4 ; n = 558).  

Les résultats à 1 an ont été évalués pour 2 381 patients.

Le taux composite de mortalité et de réhospitalisations à 1 an pour cause d’insuffisance cardiaque était de 33,6 %, et les auteurs ont rapporté que ce taux était plus élevé chez les patients atteints d’une HTNp. Le taux a augmenté de 27,8 % dans le groupe 1 à 32,4 % dans le groupe 2, à 36,0 % dans le groupe 3 et à 45,2 % dans le groupe 4 (P