Chirurgie de pontage de l’artère coronaire : l’aspirine pourrait être bénéfique


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

La prise d’aspirine avant et après une chirurgie de pontage de l’artère coronaire (pontage aortocoronarien, PAC) est associée à une réduction du risque de mortalité de 18 à 34 % après quatre ans, selon de nouveaux résultats. 

Les chercheurs ont examiné des données portant sur 9 584 patients qui ont fait l’objet d’une chirurgie cardiaque dans trois hôpitaux, en sélectionnant 4 132 individus ayant fait l’objet d’un PAC. Parmi les patients étudiés, 76,5 % ont reçu de l’aspirine en préopératoire tandis que 92,3 % ont reçu de l’aspirine en postopératoire. 

Les auteurs ont découvert que parmi les patients ayant pris de l’aspirine en préopératoire, le taux de mortalité à quatre ans a été de 14,8 % contre 18,1 % pour ceux n’en ayant pas pris, soit une réduction statistiquement significative de la mortalité de 18 % (P = 0,0048). La différence s’est même révélée plus importante lorsque les chercheurs ont examiné les données sur l’aspirine prise en postopératoire. Les patients ayant pris de l’aspirine en postopératoire ont présenté un taux de mortalité à quatre ans de 10,7 % contre 16,2 % chez les patients n’ayant pas pris d’aspirine, soit une réduction de la mortalité statistiquement significative de 34 % (P = 0,0029). 

Commentant les résultats, le professeur Jianzhong Sun, auteur de l’étude, a déclaré : « Nous pensons que tous les patients faisant l’objet d’un PAC doivent prendre de l’aspirine avant et après l’intervention, à l’exception de ceux pour qui l’aspirine est contre-indiquée. »

Les résultats ont été présentés à l’occasion du congrès Euroanaesthesia de cette année à Copenhague au Danemark.