Chirurgie bariatrique et impact à long terme sur la perte de poids, l'hypertension et le risque cardiovasculaire

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

Contexte L'obésité extrême est associée à des risques pour la santé, notamment à des risques de maladie cardiovasculaire. Bien que la dérivation gastrique permette une perte de poids rapide et entraîne une diminution de nombre de ces risques à court terme, le pronostic à long terme reste incertain.

Objectif Étudier l'association de la dérivation gastrique de Roux-en-Y (RYGB) avec la perte de poids, le diabète sucré et d'autres risques sanitaires 6 ans après l'intervention.

Plan, cadre et participants Étude prospective, menée dans l'Utah entre juillet 2000 et juin 2011, sur 1 156 participants présentant une obésité sévère (indice de masse corporelle [IMC] : 35), âgés de 18 à 72 ans (82 % de femmes ; IMC moyen : 45,9 ; IC : 95 %, 31,2-60,6), ayant demandé et obtenu un traitement par dérivation gastrique (n=418), ayant demandé, sans l'obtenir, ce type de traitement (n=417 ; groupe de contrôle 1), ou ayant été sélectionnés de manière aléatoire dans un échantillon de population qui n'a pas demandé à subir une intervention afin d'induire une perte de poids (n=321 ; groupe de contrôle 2).

Principaux indicateurs de résultats Les données relatives à la perte de poids, au diabète, à l'hypertension, à la dyslipidémie et à la qualité de vie liée à la santé, recueillies auprès des participants ayant subi une RYGB, ont été comparées aux données des témoins avec ajustement en fonction du score de propension.

Résultats Six ans après l'intervention, les patients ayant subi une RYGB (suivi : 92,6 %) avaient perdu 27,7 % (IC : 95 %, 26,6 %-28,9 %) de leur poids corporel initial, à comparer au gain de 0,2 % (IC : 95 %, -1,1 % à 1,4 %) constaté dans le groupe de contrôle 1 et au taux de 0 % (IC : 95 %, -1,2 % à 1,2 %) observé dans le groupe de contrôle ...