Chirurgie bariatrique : des résultats suggèrent qu’elle n’a aucun effet sur le risque de CCR

  • Taube M & al.
  • PLoS One

  • Univadis
  • Clinical Summary
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les résultats de cette étude prospective appariée ne démontrent aucune augmentation du risque de cancer colorectal (CCR) après une chirurgie bariatrique.

Pourquoi est-ce important ?

  • De précédentes analyses ont engendré des résultats contradictoires, peut-être en raison de différences au niveau de l’âge des patients, de la technique chirurgicale et des méthodes statistiques.

Méthodologie

  • Une analyse rétrospective de cas-témoins appariés a été réalisée à partir de l’Étude suédoise sur des sujets obèses et du Registre national suédois du cancer (2 007 patients ayant fait l’objet d’une intervention chirurgicale, 2 040 participants témoins contemporains appariés).
  • Financement : Conseil de recherche suédois ; Fondation Novo Nordisk (The Novo Nordisk Foundation) ; autres.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 22,2 ans.
  • 266 patients ont fait l’objet d’un bypass gastrique, 376 d’une pose d’anneau gastrique, et 1 365 d’une gastroplastie verticale calibrée.
  • 58 patients ayant fait l’objet d’une intervention chirurgicale ont développé un CCR au cours du suivi, contre 67 participants témoins appariés (rapport de risque [RR] : 0,79 ; P = 0,183).
    • Après une correction pour prendre en compte l’âge, l’indice de masse corporelle (IMC), la consommation d’alcool, le statut tabagique et le diabète, le RR était de 0,89 (P = 0,551).
  • 19 patients du groupe chirurgie ont développé un cancer rectal, contre 31 dans le groupe témoin :
    • RR de 0,56 (P = 0,045).
    • RR corrigé (RRc) de 0,61 (P = 0,099).
  • Aucune différence significative n’a été identifiée entre les deux groupes au niveau du risque de cancer du côlon.

Limites

  • La majorité des interventions chirurgicales étaient des gastroplasties verticales calibrées ; or, cette technique est devenue rare.