CHF : Un facteur recombinant d'origine humaine à faible risque immunogène

  • Dr Jean-Claude Lemaire

  • JIM Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L'apparition d'inhibiteurs chez un h�mophile trait�s par substitution de facteur VIII est le risque le plus redout�. Dans ce cadre, l'�tude SIPPET a montr� que ce risque �tait plus �lev� chez les patients recevant un facteur VIII recombinant produit par des lign�es cellulaires animales que chez ceux recevant du facteur VIII d'origine plasmatique.

L'essai multinational multicentrique de phase III NuProtect a �t� mis sur pied pour �valuer l'immunog�nicit� (risque d'apparition d'inhibiteurs anti-facteur VIII) ainsi que l'efficacit� et la tol�rance du simoctocog alfa (facteur VIII recombinant produit par une lign�e cellulaire humaine) chez des sujets ayant une h�mophilie A s�v�re non pr�alablement trait�s.

Les r�sultats pr�sent�s � Montpellier concernent surtout l'immunog�nicit� et sont bas�s sur 108 patients, dont 105 �valuables et 85 suivis pendant au moins 100 journ�es cumul�es en pr�sence de l'antig�ne.

Il a �t� fait �tat avec le simoctocog alfa d'un risque d'inhibiteurs globalement de 27,9 % dont 17,6 % de haut titre, des taux qui sont donc du m�me ordre que ceux relev�s chez les patients de l'�tude SIPPET recevant du facteur VIII d'origine plasmatique, soit 26,8 % dont 18,6 % de haut titre.

Des r�sultats qui sugg�rent donc qu'avec ce facteur VIII recombinant, il serait possible de ramener le risque d'inhibiteur au niveau de celui du facteur VIII plasmatique tout en �vitant les risques infectieux.
A suivre