Chez les personnes âgées, la surveillance à long terme de petites tumeurs rénales est sûre

  • Whelan EA & al.
  • J Urol
  • 1 juil. 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients âgés sous surveillance active, les petites masses rénales affichent un comportement indolent à long terme, avec un faible taux de progression vers une maladie métastatique.
  • Près de 46 % des patients sont décédés d’autres causes.

Pourquoi est-ce important ?

  • La surveillance active semble être sûre chez les patients à risque élevé de morbidité liée à un traitement actif.
  • Un taux élevé de mortalité liée à d’autres causes tout au long du suivi indique que ces patients ne retireraient aucun bénéfice d’un traitement actif.

Protocole de l’étude

  • 103 patients (âge médian : 75 ans) présentant 107 masses rénales et faisant l’objet d’une surveillance active de petites masses rénales diagnostiquées entre 2001 et 2011 ont été inclus.
  • Le diamètre maximal et le volume au diagnostic médians étaient de 2,1 cm et de 4,8 cm3, respectivement.
  • Critères d’évaluation : la progression vers un traitement, la maladie métastatique et/ou le décès.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 55,5 mois.
  • Des métastases de la maladie ont été rapportées chez 1,9 % des patients, et 1,0 % des patients sont décédés d’un carcinome à cellules rénales.
  • La vitesse moyenne de croissance linéaire et volumétrique des masses rénales était de 0,21 cm par an et de 6,15 cm3 par an, respectivement.
  • 51,5 % des patients sont restés sous surveillance active et 46,6 % sont décédés d’autres causes.

Limites

  • Étude observationnelle de petite taille.
  • Pas de rapports de biopsie.