CHEST 2019 — Le bromure d’aclidinium réduit les taux d’exacerbation de BPCO dans un large panel de patients


  • Keren Landman, MD
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le bromure d’aclidinium (BA) a réduit les taux d’exacerbation des patients atteints d’une BPCO, indépendamment de leurs antécédents d’exacerbations.

Pourquoi est-ce important ?

  • Peu d’études sur l’exacerbation de BPCO incluent des patients sans antécédents d’exacerbations.

Protocole de l’étude

  • Analyse post hoc des données issues d’ASCENT-COPD, une étude de phase IV, à groupes parallèles et menée en double aveugle, évaluant les effets du BA chez des patients atteints d’une BPCO modérée à très sévère et présentant un risque cardiovasculaire élevé.
    • 3 244 sujets ont présenté plus d’une exacerbation au cours de l’année précédente.
    • 1 433 n’avaient aucun antécédent d’exacerbations.
  • Les patients ont été affectés de manière aléatoire selon un rapport de 1:1 pour recevoir du BA ou un placebo pendant un maximum de 3 ans.
  • L’analyse a évalué l’effet du BA sur :
    • Les exacerbations modérées/sévères (au cours de la première année).
    • Les EICM (critère composite de décès cardiovasculaire), l’infarctus du myocarde non mortel et l’AVC (sur 3 ans).
  • Financement : AstraZeneca.

Principaux résultats

  • Les patients présentant ≥ 1 et 0 exacerbation(s) au cours de l’année précédente recevant du BA, par rapport au placebo présentaient :
    • Des réductions similaires des taux d’exacerbation :
      • 0 : rapport des taux (RT) : 0,69 (IC à 95 % : 0,54–0,89).
      • ≥ 1 : RT : 0,80 (IC à 95 % : 0,68–0,94).
      • P = 0,34.
    • Aucune augmentation significative du risque d’EICM :
      • 0 : RR : 1,27 (IC à 95 % : 0,65–2,47).
      • ≥ 1 : RR : 0,79 (IC à 95 % : 0,54–1,16).
      • P = 0,233.
    • Aucune augmentation du risque de mortalité toutes causes confondues :
      • 0 : RR : 0,66 (IC à 95 % : 0,36–1,22).
      • ≥ 1 : RR : 1,08 (IC à 95 % : 0,81–1,43).
      • P = 0,154.

Limites

  • Protocole de l’étude rétrospectif.
  • Analyse post-hoc.
  • Étant donné que les critères d’inclusion d’ASCENT-COPD ont changé en cours d’étude, il existe une possibilité de différences non détectées entre les cohortes pré et post-changement.

Commentaire d’expert

  • Victor Test, MD, co-président du comité du programme scientifique CHEST et professeur au Centre des sciences de la santé de l’Université technique du Texas (Texas Tech University Health Sciences Center), a déclaré : « Cette étude aborde deux problèmes très importants dans le traitement de la BPCO : l’effet d’un agent anticholinergique à action prolongée sur les exacerbations et le risque d’événements cardiovasculaires. Chez les patients présentant le plus haut risque, le bromure d’aclidinium était supérieur au placebo pour la réduction des exacerbations, mais n’a pas augmenté les événements cardiovasculaires chez les patients à haut risque. Cette étude peut réaffirmer l’efficacité et la sécurité d’emploi du traitement anticholinergique à action prolongée. » Le Dr Test n’était pas impliqué dans l’étude.