CHEST 2019 — La léfamuline pourrait être une nouvelle option potentielle dans le traitement de la pneumonie bactérienne


  • Keren Landman, MD
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La léfamuline était non inférieure à la moxifloxacine dans le traitement de la pneumonie bactérienne communautaire (PBC), quel que soit le risque du patient.

Pourquoi est-ce important ?

  • En cas d’autorisation par la FDA, la léfamuline offrira une nouvelle classe de monothérapie antibiotique pour la PBC. 

Protocole de l’étude

  • Analyse groupée des résultats de deux études de phase III prospectives, à double placebo et menées en double aveugle auprès de patients affectés de manière aléatoire pour recevoir 3 jours de léfamuline par voie intraveineuse, par rapport à la moxifloxacine (évaluation de la léfamuline dans le cadre de la pneumonie [LEAP] 1) ou 5 jours de léfamuline orale (+ 2 jours de placebo), par rapport à 7 jours de moxifloxacine (LEAP 2).
  • Le critère d’évaluation principal était la réponse clinique précoce (RCP) 96 +/- 24 heures après la première dose du médicament à l’étude dans la population en intention de traiter.

Principaux résultats

  • Les patients des groupes léfamuline (646) et moxifloxacine (643) avaient des données démographiques similaires et étaient principalement des hommes (55,6 %) d’origine ethnique blanche (79 %).
  • Les taux de RCP dans les groupes léfamuline (89,3 %) et moxifloxacine (90,5 %) ont démontré une non-infériorité pour toutes les sévérités de PBC définies par l’équipe de recherche sur les résultats de pneumonie (différence de taux groupé : -1,1 ; IC à 95 % : -4,4 à 2,2).
  • Les taux d’événements indésirables émergeant du traitement (EIET) étaient similaires dans les groupes léfamuline et moxifloxacine (34,9 % contre 30,4 %).
    • Les patients du groupe léfamuline ont présenté des EIET légèrement plus graves (5,6 % contre 5,0 %) et mortels (1,7 % contre 1,2 %), plus de réactions au site de perfusion (7,0 % contre 2,6 %) et plus d’EIET gastro-intestinaux (diarrhée, nausées et vomissements, pour les plus fréquents). 

Limites

  • Il se peut que les résultats ne puissent pas être généralisés à toutes les populations.