CHEST 2019 — La délafloxacine est non inférieure à la moxifloxacine dans le cadre de la pneumonie bactérienne communautaire


  • Keren Landman, MD
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Dans le cadre du traitement de la pneumonie bactérienne communautaire (PBC), la délafloxacine a été associée à des résultats comparables à la moxifloxacine, quel que soit le sous-groupe ou l’agent pathogène.

Pourquoi est-ce important ?

  • La délafloxacine n’est associée à aucune restriction liée à l’intervalle QT, réaction phototoxique, restriction alimentaire ou interaction médicamenteuse majeure.

Protocole de l’étude

  • 860 patients ont été affectés de manière aléatoire selon un rapport de 1:1 dans une étude de phase III, contrôlée contre substance active et menée en double aveugle comparant la délafloxacine à la moxifloxacine chez des patients atteints d’une PBC.
  • Tous les patients ont été traités pendant une moyenne de 8,5 jours (6,3 jours par voie intraveineuse, 2,2 jours par voie orale).
  • La réponse clinique précoce a été évaluée 96 ± 24 heures après la première dose.
  • Les résultats ont été analysés par sous-groupes, y compris l’âge, le sexe, le facteur de risque et l’agent pathogène bactérien.
  • Financement : Melinta Therapeutics.

Principaux résultats

  • Les bras délafloxacine et moxifloxacine avaient des données démographiques similaires et étaient principalement composés d’hommes d’origine ethnique blanche, avec 13 à 14 % d’entre eux ayant des antécédents de BPCO/d’asthme.
  • Les taux de réponse dans les bras délafloxacine (383/431) et moxifloxacine (381/428) n’étaient pas significativement différents.
    • La différence de -0,2 au niveau du taux de réponse était légèrement en faveur de la moxifloxacine (IC à 95 % : -4,4 à 4,1).
  • Plus d’événements indésirables sont survenus dans le bras délafloxacine (30,5 % contre 26,2 %).
    • Les événements indésirables (EI) les plus fréquents étaient la diarrhée, l’augmentation des transaminases et les céphalées.
    • Le bras délafloxacine présentait des taux plus élevés d’EI entraînant une interruption du traitement (3,5 % contre 1,6 %).
  • Les résultats étaient cohérents indépendamment du sous-groupe ou de l’agent pathogène identifié.

Limites

  • Il se peut que les résultats ne puissent pas être généralisés à toutes les populations.