CHEST 2019 — BPCO : la spirométrie, avec une mesure de la réponse aux bronchodilatateurs, permettrait d’éviter les surdiagnostics


  • Keren Landman, MD
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La sous-utilisation de la spirométrie avec une mesure de la réponse aux bronchodilatateurs (BD) a entraîné un surdiagnostic de la BPCO et des diagnostics manqués d’asthme et de syndrome de chevauchement asthme-BPCO (SCAB).

Pourquoi est-ce important ?

  • Le calcul du rapport VEMS/CVF après l’administration d’un BD constitue la modalité recommandée pour diagnostiquer la BPCO. Celui-ci permet d’identifier les patients possiblement atteints d’asthme et d’un SCAB. Il n’est, cependant, pas systématiquement utilisé en pratique.

Protocole de l’étude

  • Analyse rétrospective des données issues de l’enquête nationale d’examen de santé et de nutrition (NHANES) portant sur 625 sujets âgés d’au moins 40 ans avec un VEMS/CVF avant l’administration d’un BD
  • L’analyse a évalué le VEMS/CVF après l’administration d’un BD, les antécédents d’asthme, l’éosinophilie, et les variations du VEMS.
  • La réponse aux BD (RBD) a été définie comme une variation du VEMS > 12 % et > 200 ml lors du test. 
  • L’asthme possible a été défini comme une RBD avec une respiration sifflante, des antécédents familiaux d’asthme ou variation du VEMS > 400 ml.
  • Deux définitions (modifiées à partir des définitions de la Société thoracique américaine [American Thoracic Society, ATS] et de la Société espagnole de pneumologie et de chirurgie thoracique [SEPAR]) ont été utilisées pour évaluer le SCAB, toutes deux intégrant la RBD, une variation du VEMS > 400 ml, les antécédents d’asthme et l’éosinophilie.
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • Seuls 381 sujets (61 %) présentaient un VEMS/CVF après l’administration d’un BD
  • Sur 368 sujets avec des données complètes, 28 (7,6 %) et 73 (19,8 %) ont répondu respectivement aux définitions de l’étude modifiées de l’ATS et de la SEPAR pour le SCAB.
  • Les 244 sujets restants (39 %) présentaient un VEMS/CVF après l’administration d’un BD ≥ 0,7. 
    • Parmi ceux-ci, 24 (9,8 %) présentaient une RBD seule, dont 12 avaient un asthme possible.
  • Limites

    • Étude rétrospective susceptible de présenter des biais inhérents à la cohorte NHANES.
    • Les définitions de l’ATS et de la SEPAR ont été modifiées.

    Commentaire d’expert

    • Victor Test, MD, co-président du comité du programme scientifique CHEST et professeur au Centre des sciences de la santé de l’Université technique du Texas (Texas Tech University Health Sciences Center), a déclaré : « Cette étude bien conçue démontre clairement l’importance de la spirométrie avec l’utilisation de bronchodilatateurs dans l’identification de la BPCO ainsi que de l’asthme et des syndromes de chevauchement. Elle souligne de nouveau l’importance des tests physiologiques pulmonaires lorsque le syndrome obstructif chronique des poumons est une possibilité. » Le Dr Test n’était pas impliqué dans l’étude.