CHC : la survie est plus élevée dans le cas d’une transplantation hépatique avec appariement ethnique

  • Silva JP & al.
  • J Am Coll Surg
  • 2 janv. 2019

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patients afro-américains qui bénéficient d’une transplantation hépatique dans le cadre d’un carcinome hépatocellulaire (CHC) précoce ont obtenu une meilleure survie lorsque le foie greffé provenait d’un donneur afro-américain.

Pourquoi est-ce important ?

  • La survie liée au CHC des patients afro-américains est inférieure à celle d’autres populations. La majorité des recherches entreprises se sont focalisées sur les caractéristiques des receveurs pour expliquer ce différentiel.
  • Les mésappariements ethniques entre le donneur et le receveur ont été associés à une moins bonne survie chez les patients recevant une transplantation pulmonaire, rénale ou cardiaque.

Protocole de l’étude

  • Une analyse des dossiers médicaux de transplantations hépatiques a été menée à partir de la base de données du Réseau de don et de transplantation d’organes (Organ Procurement and Transplant Network) du Réseau uni pour le don d’organes (United Network for Organ Sharing) entre 1994 et 2015 (n = 1 384 receveurs afro-américains).
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • 23,5 % des receveurs avaient un donneur de même origine ethnique.
  • SG médiane : appariement ethnique, contre non-appariement (135,0 contre 77,9 mois ; P = 0,007).
  • SG à 5 ans : appariement ethnique, contre non-appariement (64,2 % contre 56,9 % ; P = 0,019).
  • Une transplantation avec appariement ethnique était associée à une meilleure SG (RR : 0,66 ; P = 0,004).
  • Un donneur d’origine ethnique caucasienne était un facteur prédictif négatif de la survie, comparativement à un donneur d’origine ethnique afro-américaine (RR : 1,53 ; P = 0,004).
  • Un donneur d’origine ethnique hispanique ou asiatique était un facteur prédictif de la survie qui tendait à être négatif, sans être statistiquement significatif.

Limites

  • Étude rétrospective.