CHC de stade I/II : la résection permet d’obtenir un bénéfice de survie comparativement à l’ablation

  • Am J Surg

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une analyse de la base de données nationale américaine du cancer (National Cancer Database, NCDB) démontre que la résection permet d’obtenir une meilleure survie que l’ablation, chez les patients atteints d’un carcinome hépatocellulaire (CHC) de stade I/II.
  • La résection était associée à de meilleurs résultats, quels que soient la taille de la tumeur et le degré de fibrose du foie.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’ablation est de plus en plus utilisée comme traitement curatif, en particulier chez les patients présentant des tumeurs de plus petite taille.
  • Des essais contrôlés randomisés comparant l’ablation et la résection dans cette population ont donné des résultats variables.

Protocole de l’étude

  • Une analyse rétrospective a été réalisée à partir de dossiers médicaux issus de la NCDB (2004–2014 ; n = 53 161).
  • Financement : NIH.

Principaux résultats

  • 15,9 % des patients ont fait l’objet d’une ablation et 14,5 % d’une résection ; 69,7 % des patients n’ont fait l’objet d’aucune des deux procédures.
  • Résection contre ablation :
    • survie à un an : 85,3 % contre 82,3 % ;
    • survie à cinq ans : 48,0 % contre 31,7 %.
  • Une analyse multivariée a démontré que la résection était associée à une réduction du risque de mortalité (RR : 0,58 ; P 
  • La résection était associée à une amélioration de la survie chez les patients pour qui un score de cirrhose était disponible (RR : 0,64 ; P 
  • La résection était associée à une meilleure survie, quelle que soit la taille de la tumeur, même si celle-ci était inférieure à 3 cm (RR : 0,62 ; P 

Limites

  • Analyse rétrospective.