CETC : un traitement par TPEx, puis cétuximab et RT, s’avère efficace dans un essai de phase II

  • Front Oncol

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une chimiothérapie d’induction (CI) à base de docétaxel, de cisplatine et de cétuximab (TPEx), suivie d’un traitement par cétuximab et radiothérapie (RT) concomitante, était associée à un taux de réponse globale de 72 % et à un taux de neutropénie fébrile de grade supérieur ou égal à 3 de 39 %, chez les patients atteints d’un carcinome épidermoïde de la tête et du cou (CETC) localement avancé (LA).

Pourquoi est-ce important ?

  • Cette étude s’inscrit dans un effort d’identifier le meilleur schéma thérapeutique pour la CI dans le cadre du CETC-LA.

Principaux résultats

  • Le taux d’achèvement du traitement était de 75,9 %.
    • 92,6 % des patients ont reçu au moins 2 cycles de TPEx, et 81,5 % des patients ont reçu 3 cycles de TPEx.
  • Au cours du traitement par TPEx, le taux de réponse globale était de 72,2 % et le taux de réponse complète était de 16,7 %.
  • Après la RT, le taux de réponse globale était de 75,9 % et le taux de réponse complète était de 48,1 %.
  • La SG à 3 ans était de 90,7 % et la SSP à 3 ans était de 58,2 %.
  • 93 % des patients ont présenté une neutropénie de grade 3 ou supérieur et 39 % des patients ont présenté une neutropénie fébrile de grade 3 ou supérieur.

Protocole de l’étude

  • L’étude CSPOR HN01:ECRIPS a été menée auprès de 54 patients atteints d’un CETC-LA (28 hypopharyngés, 19 oropharyngés et 7 laryngés) sans métastase à distance, traités par TPEx, puis cétuximab et RT concomitante. Ils ont ensuite été analysés pour déterminer les résultats.
  • Financement : Fondation pour la recherche en santé publique (Public Health Research Foundation), avec le soutien de Merck Serono (Japon), une filiale de Merck KGaA (Darmstadt, Allemagne).

Limites

  • Taille de l’échantillon de patients.
  • Aucune population témoin.