CETC : un taux élevé de c-Met prédit un mauvais pronostic dans une méta-analyse tchèque

  • Vsiansky V & al.
  • Sci Rep
  • 10 juil. 2018

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une méta-analyse suggère qu’un taux élevé de c-Met est associé à de mauvais résultats de survie chez les patients atteints d’un carcinome épidermoïde de la tête et du cou (CETC).

Pourquoi est-ce important ?

  • Des études antérieures ont obtenu des résultats contradictoires en ce qui concerne le rôle pronostique de c-Met, un récepteur transmembranaire de la tyrosine kinase, chez les patients atteints d’un CETC.

Principaux résultats

  • L’expression élevée de c-Met était associée à une réduction de la SG (RR : 2,19 ; IC à 95 % : 1,55–3,10).
  • Une coloration immunohistochimique positive pour c-Met était associée à une réduction de la survie sans rechute (RR : 1,64 ; IC à 95 % : 1,24–2,17) et à des métastases des ganglions lymphatiques régionales (RC : 1,86 ; IC à 95 % : 1,14–3,03).

Protocole de l’étude

  • 17 études impliquant 1 724 patients atteints d’un CETC ont fait l’objet d’une méta-analyse visant à déterminer l’association entre le taux de c-Met et les résultats du CETC.
  • Financement : ministère tchèque de la Santé ; faculté de médecine de l’Université Masaryk.

Limites

  • Différents anticorps anti-c-Met ont été utilisés dans les études incluses.
  • Le nombre de patients dans chaque étude était relativement faible.