CETC récidivant métastatique : l’association pembrolizumab et chimiothérapie est supérieure à l’association cétuximab et chimiothérapie

  • Burtness B & al.
  • Lancet
  • 31 oct. 2019

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La combinaison pembrolizumab et chimiothérapie est associée à une amélioration de la survie chez les patients atteints d’un carcinome épidermoïde de la tête et du cou récidivant/métastatique (CETC R/M), comparativement à la combinaison cétuximab et chimiothérapie, d’après l’essai KEYNOTE-048 mené en ouvert.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le pembrolizumab pourrait constituer un traitement de première intention adapté.

Principaux résultats

  • Dans la population totale, le pembrolizumab seul était non inférieur à la combinaison cétuximab et chimiothérapie en termes de survie globale (SG ; médiane : 11,6 mois, contre 10,7 mois ; rapport de risque [RR] : 0,85 ; P = 0,0456).
    • Lors de l’analyse des sous-groupes, le pembrolizumab seul était associé à une amélioration de la SG, comparativement à la combinaison cétuximab et chimiothérapie, chez les patients présentant un score positif combiné (SPC) d’au moins 20 pour le ligand 1 de mort cellulaire programmée (Programmed Cell Death-Ligand 1, PD-L1 ; RR : 0,61 ; P = 0,0007) et chez les patients présentant un SPC d’au moins 1 (RR : 0,78 ; P = 0,0086).
  • Dans la population totale, la combinaison pembrolizumab et chimiothérapie a entraîné une amélioration de la SG médiane, comparativement à la combinaison cétuximab et chimiothérapie (13,0 mois contre 10,7 mois ; RR : 0,77 ; P = 0,0034).
    • RR de 0,60 (P = 0,0004) chez les patients présentant un SPC d’au moins 20.
    • RR de 0,65 (P 
  • Le pembrolizumab avec ou sans chimiothérapie n’était associé à aucune amélioration de la survie sans progression (SSP), comparativement à la combinaison cétuximab et chimiothérapie (RR : 0,92 [P = 0,1697] ; et RR : 1,34 [IC à 95 % : 1,13–1,59], respectivement).

Protocole de l’étude

  • 882 patients atteints d’un CETC R/M, dont 301 recevant du pembrolizumab seul, 281 la combinaison pembrolizumab et chimiothérapie, et 300 la combinaison cétuximab et chimiothérapie, ont été inclus.
  • Financement : MSD.

Limites

  • Protocole en ouvert.