CETC R/M : comparativement au traitement de référence, le pembrolizumab démontre un bénéfice dans le cadre de l’essai KEYNOTE-040

  • Lancet

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les résultats de l’essai KEYNOTE-040 mené en ouvert indiquent que le pembrolizumab est associé à de meilleurs résultats de survie sur le plan numérique, mais qu’il n’a pas permis d’atteindre les seuils d’efficacité prédéfinis, comparativement au traitement de référence (méthotrexate, docétaxel ou cétuximab), chez les patients atteints d’un carcinome épidermoïde de la tête et du cou récidivant ou métastatique (CETC R/M).

Pourquoi est-ce important ?

  • Il s’agit d’un nouveau traitement prometteur dans le cadre du CETC R/M, qui dispose d’alternatives thérapeutiques limitées.

Principaux résultats

  • Au moment de l’analyse finale prévue par le protocole, le pembrolizumab n’atteignait pas le seuil d’efficacité, comparativement au traitement de référence (RR de décès : 0,82 ; P unilatéral = 0,0316).
    • Dans la population en intention de traiter, la SG médiane était de 8,4 mois contre 6,9 (RR : 0,80 ; P = 0,0161).
  • Chez les patients présentant un score positif combiné supérieur ou égal à 1 pour PD-L1, la SG médiane était de 8,7 mois avec le pembrolizumab et de 7,1 mois avec le traitement de référence (RR : 0,74 ; P = 0,0049).
  • Chez les patients présentant un score de proportion tumorale supérieur ou égal à 50 % pour PD-L1, la SG médiane était de 11,6 mois avec le pembrolizumab et de 6,6 mois avec le traitement de référence (RR : 0,53 ; P = 0,0014).
  • Le pembrolizumab était associé à un nombre moins élevé d’événements indésirables de grade 3 ou supérieur liés au traitement (13 % contre 36 %).

Protocole de l’étude

  • 495 patients ont été affectés de manière aléatoire pour recevoir 200 mg de pembrolizumab (n = 247) ou le traitement de référence (méthotrexate, docétaxel ou cétuximab, selon le choix de l’investigateur ; n = 248), puis analysés pour déterminer les résultats de survie et de sécurité d’emploi.
  • Financement : MSD.

Limites

  • Seuls les patients ayant reçu un traitement à base de platine ont été analysés.