CETC : quels facteurs prédisent la survenue d’une insuffisance rénale chez les patients traités par radiochimiothérapie concomitante ?

  • van der Vorst MJDL & al.
  • BMC Cancer
  • 8 nov. 2019

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’hypertension et les nausées et vomissements induits par la chimiothérapie (NVIC) sont associés à un risque accru d’insuffisance rénale aiguë (IRA), chez les patients atteints d’un carcinome épidermoïde de la tête et du cou (CETC) localement avancé qui reçoivent un traitement par radiochimiothérapie concomitante (RCTC) avec une dose élevée de cisplatine.

Pourquoi est-ce important ?

  • Une meilleure compréhension des facteurs de risque peut permettre de mieux guider la prise en charge des patients.

Principaux résultats

  • 69 % des patients ont présenté une IRA (83 % de stade I, 12 % de stade II, 5 % de stade III).
  • L’hypertension (rapport de cotes [RC] : 2,7 ; P = 0,03) et les NVIC (RC : 4,3 ; P = 0,003) étaient associés au risque d’IRA.
  • Une IRA était associée à une altération de la fonction rénale plus sévère à 3 et 12 mois (P = 0,01 pour les deux).
  • La présence d’une IRA n’était pas associée de manière significative à la récidive de la maladie (RC : 0,6 ; P = 0,22) ou à la mortalité spécifique à la maladie (RC : 1,8 ; P = 0,61).

Protocole de l’étude

  • 124 patients atteints d’un CETC localement avancé et ayant fait l’objet d’une RCTC avec une dose élevée de cisplatine ont été inclus.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Limites

  • Étude rétrospective.