CETC N3 : des mauvais résultats malgré l’intensification du traitement

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

À retenir

  • Les patients atteints d’un carcinome épidermoïde de la tête et du cou (CETC) N3 et traités par radiothérapie très accélérée (RTTA) ou radiochimiothérapie concomitante (RCTC) ont présenté une SG à cinq ans de 13,8 %.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les résultats de patients N3 n’ont pas été beaucoup rapportés.

Principaux résultats

  • La SG à deux ans était de 29,7 % ; la SG à cinq ans était de 13,8 %.
  • Les patients traités par RTTA et RCTC ont présenté une SG similaire (13,4 % contre 14,2 % ; RR : 0,93 ; P = 0,68), une progression locorégionale similaire (59,1 % contre 53,9 % ; RR : 0,70 ; P = 0,13) et une métastase à distance similaire (63,7 % contre 58,2 % ; RR : 0,86 ; P = 0,53).
  • L’indice de performance (RR : 1,49 ; P = 0,023) et la classification T (RR : 1,71 ; P = 0,015) ont été associés à la SG dans le cadre d’une analyse multivariée.
  • L’emplacement dans l’oropharynx a été associé à la métastase à distance (RR : 2,99 ; P = 0,0003) dans le cadre d’une analyse multivariée.

Conception de l’étude

  • Les données de 179 patients atteints d’un CETC N3 provenant de deux essais randomisés GORTEC ont été agrégées et ont fait l’objet d’une analyse des résultats après une RTTA ou une RCTC.
  • Financement : ministère de la Santé français.

Limites

  • Hétérogénéité potentielle entre les deux populations d’étude.
  • Absence de groupe de patients témoins.