CETC : la TEP/TDM au 18F-FDG offre une VPN élevée pour le statut clinique N0 du cou

  • Lowe VJ & al.
  • J Clin Oncol

  • Univadis
  • Clinical Summary
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les résultats de l’essai ACRIN 6685 indiquent que la tomographie par émission de positrons/TDM (TEP/TDM) au 18F fluorodésoxyglucose (18F-FDG) a une valeur prédictive négative (VPN) de plus de 86 % pour le statut clinique N0 du cou, chez les patients atteints d’un carcinome épidermoïde de la tête et du cou (CETC).

Pourquoi est-ce important ?

  • Une VPN élevée peut éviter l’administration de traitements superflus.

Principaux résultats

  • La VPN pour le statut clinique N0 sur les côtés du cou était de 0,868 (IC à 95 % : 0,803–0,925) à l’évaluation visuelle.
  • Aux seuils préspécifiés de 2,0, 2,5 et 3,5, la VPN spécifique pour les bassins ganglionnaires de la région cervicale était de 0,941 (IC à 95 % : 0,930–0,953), 0,940 (IC à 95 % : 0,928–0,952) et 0,937 (IC à 95 % : 0,925–0,949), respectivement.
  • Au seuil optimal de 1,8 (identifié à partir d’une analyse de la fonction d’efficacité du récepteur), la VPN pour les bassins ganglionnaires était de 0,942 (IC à 95 % : 0,930–0,953).
  • Le plan de traitement chirurgical a été modifié chez 51 des 237 patients évaluables (21,5 %) suite aux résultats de la TEP/TDM.
    • Chez 34 patients, cela a entraîné la planification d’une dissection avec des niveaux ganglionnaires supplémentaires.
    • Chez 6 patients, cela a entraîné la planification d’une dissection avec moins de niveaux ganglionnaires.
    • Chez 4 patients, cela a entraîné la planification d’une dissection avec des niveaux ganglionnaires supplémentaires et l’annulation de certains niveaux ganglionnaires.
    • Chez 6 patients, la chirurgie a été annulée.

Protocole de l’étude

  • 287 patients atteints d’un CETC, issus de 23 centres, ont été inclus.
  • Financement : Institut national américain du cancer (National Cancer Institute).

Limites

  • Absence d’une revue pathologique centralisée de l’ensemble des patients.