CETC : l’IMC élevé est associé à une meilleure survie avec la RT

  • Oral Oncol

  • de Brian Richardson, PhD
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’IMC est associé aux résultats de contrôle et à la survie chez les patients atteints d’un carcinome épidermoïde de la tête et du cou (CETC) ayant reçu une radiothérapie (RT).

Pourquoi est-ce important ?

  • Cette étude a pour but de clarifier le rôle pronostique de l’IMC dans le cadre du CETC.

Principaux résultats

  • Le statut d’alcoolisme (P = 0,01), le statut de tabagisme (P = 0,04), le stade tumoral avancé (P = 0,00), l’emplacement de la maladie (P = 0,04) et le placement d’une sonde d’alimentation (P = 0,00) étaient plus fréquents chez les patients présentant un IMC inférieur.
  • L’IMC plus élevé a été associé à une amélioration de la SG (RR : 0,45 ; P = 0,02 pour la surcharge pondérale ; RR : 0,24 ; P = 0,00 pour l’obésité).
  • L’obésité a été associée de manière significative à une meilleure survie sans récidive (SSR ; RR : 0,43 ; P = 0,02), principalement par l’amélioration de la survie sans métastase à distance (RR : 0,37 ; P = 0,04).

Protocole de l’étude

  • 341 patients atteints d’un CETC ayant reçu une RT curative ont fait l’objet d’une analyse des associations entre l’IMC et les résultats.
    • 58 % des patients étaient atteints d’un cancer de l’oropharynx, 17 % d’un cancer du larynx et 15 % d’un cancer de la cavité buccale.
    • 28 % des patients présentaient une maladie de stade I–III et 72 % une maladie de stade IVA/B.
    • 33 % des patients présentaient un IMC normal, 40 % une surcharge pondérale, et 28 % étaient obèses.
    • 59 % des patients ont reçu une RT définitive et 41 % une RT postopératoire.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Limites

  • Étude rétrospective.