Certains types spécifiques de polypes sont associés à une mortalité liée au CCR plus élevée

  • Lancet Gastroenterol Hepatol

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une étude suédoise a établi un lien entre les polypes festonnés sessiles, les adénomes tubulovilleux et les adénomes villeux et une mortalité liée au cancer colorectal (CCR) plus élevée.

Pourquoi est-ce important ?

  • Il s’agit de la première étude à examiner les résultats obtenus avec différents sous-types histologiques de polypes dans une population généralement non dépistée.

Protocole de l’étude

  • Une étude de cohorte appariée, basée sur la cohorte nationale prospective suédoise d’histopathologie ESPRESSO portant sur les maladies gastro-intestinales (1993–2016 ; n = 178 377 patients avec polypes et 864 831 témoins appariés), a été menée.
  • Financement : Instituts nationaux américains de la santé (National Institutes of Health, NIH) ; Société américaine du cancer (American Cancer Society) ; Association américaine de gastro-entérologie (American Gastroenterological Association) ; Union internationale de lutte contre le cancer (Union for International Cancer Control).

Principaux résultats

  • Incidence cumulée de CCR 10 ans après le diagnostic de polype :
    • Population de référence : 2,1 % (IC à 95 % : 2,0–2,1 %).
    • Polypes hyperplasiques : 1,6 % (rapport de risque [RR] : 1,11 ; P = 0,02).
    • Polypes festonnés sessiles : 2,5 % (RR : 1,77 ; P 
    • Adénomes tubulaires : 2,7 % (RR : 1,41 ; P 
    • Adénomes tubulovilleux : 5,1 % (RR : 2,56 ; P 
    • Adénomes villeux : 8,6 % (RR : 3,82 ; P 
  • Le cancer du côlon proximal incident était plus fréquent chez les patients présentant des polypes festonnés (52–57 %) que chez ceux présentant des adénomes conventionnels (30–46 %).
  • Comparativement à la population générale, la mortalité liée au CCR était plus élevée chez les patients présentant des polypes festonnés sessiles (RR : 1,74 ; P = 0,02), des adénomes tubulovilleux (RR : 1,95 ; P 

Limites

  • Analyse rétrospective.