CEOP : quels facteurs permettent de prédire une réadmission après une CRTO ?

  • Parhar HS & al.
  • Head Neck
  • 13 août 2018

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une étude rétrospective suggère que la présence d’une aspiration/pneumonie lors de l’admission de référence est un facteur prédictif indépendant d’une réadmission après une chirurgie robotique transorale (CRTO), chez les patients atteints d’un carcinome épidermoïde oropharyngé (CEOP).

Pourquoi est-ce important ?

  • Une meilleure compréhension des facteurs associés à la réadmission peut permettre de mieux guider la prise en charge des patients.

Principaux résultats

  • 12,3 % des patients ont fait l’objet d’une réadmission.
    • Parmi ceux-là, 32,5 % ont fait l’objet d’une réadmission pour une hémorragie, 17,1 % pour des complications non spécifiées liées au cancer, 11,1 % pour une aspiration/pneumonie ou une détresse respiratoire, 8,5 % pour une déshydratation/dysphagie, 8,5 % pour un sepsis/une infection systémique et 22,2 % pour d’autres raisons.
  • Les patients faisant l’objet d’une réadmission étaient plus âgés (âge moyen : 63,2 contre 60,9 ans ; P 
  • La présence d’une aspiration/pneumonie lors de l’hospitalisation de référence était associée de manière significative à une réadmission à l’analyse multivariée (RC : 3,128 ; IC à 95 % : 1,178–8,302).

Protocole de l’étude

  • Les facteurs associés à une réadmission ont été analysés chez 950 patients atteints d’un CEOP et ayant fait l’objet d’une CRTO.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Limites

  • Protocole de l’étude rétrospectif.