CEO : les indices inflammatoires prédisent le bénéfice du bévacizumab en première intention dans une étude italienne

  • Farolfi A & et al.
  • Target Oncol
  • 14 juin 2018

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patientes atteintes d’un cancer épithélial de l’ovaire (CEO), les indices inflammatoires préopératoires démontrent une signification pronostique.
  • Le rapport neutrophiles-lymphocytes (RNL) et l’indice d’inflammation immunitaire systémique (IIS) pourraient prédire l’issue clinique chez les patientes traitées par du bévacizumab adjuvant administré en première intention.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les indices inflammatoires pourraient servir de facteurs de pronostic s’ils sont validés dans le cadre d’études prospectives.

Protocole de l’étude

  • Étude MITO 24 : 375 patientes atteintes d’un CEO de stade III–IV selon la Fédération des gynécologues et des obstétriciens (Federation of Gynecologists and Obstetricians) ont reçu un traitement par chimiothérapie ± bévacizumab en première intention.
  • Financement : aucun financement externe.

Principaux résultats

  • Une SSP et une SG médianes nettement plus courtes ont été observées chez les patientes aux indices inflammatoires élevés, par rapport à faibles :
    • RNL : 10,6 contre 14,6 mois (P = 0,0001) et 24,8 contre 42,3 mois (P 
    • Rapport plaquettes-lymphocytes (RPL) : 11,2 contre 15,4 mois (P = 0,0001) et 30,8 contre 47,9 mois (P = 0,0003), respectivement.
    • IIS : 10,9 contre 15,4 mois (P = 0,0005) et 30,8 contre 47,9 mois (P 
  • Le RNL a été associé de manière significative à la SG (RR : 1,44 ; P = 0,016) et le RPL a constitué un prédicteur indépendant de la SSP (RR : 1,33 ; P = 0,024).
  • Les patientes présentant un RNL élevé ayant reçu une chimiothérapie avec du bévacizumab ont démontré une SSP (P = 0,026) et une SG (P = 0,029) plus élevées, par rapport aux patientes ayant reçu une chimiothérapie seule.
  • Chez les patientes présentant un IIS élevé, la SSP (P = 0,024) et la SG (P = 0,017) étaient nettement moins bonnes avec le bévacizumab.

Limites

  • Conception rétrospective.