Céfixime et prulifloxacine en prophylaxie pour la biopsie de la prostate guidée par échographie


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le céfixime et la prulifloxacine en prophylaxie sont efficaces dans le cadre de la prévention des sepsis bactériens aigus à la suite d’une biopsie de la prostate transrectale guidée par échographie, selon les résultats d’un nouvel essai présenté à l’occasion du 34e congrès annuel de l’Association européenne d’urologie (European Association of Urology, EAU), qui s’est déroulé à Barcelone ce mois-ci. 

Pour les besoins de l’essai, 120 patients âgés de 51–87 ans (moyenne de 68,6 ans) et dont la valeur de l’antigène spécifique de la prostate était de 5,08–100 ng/ml (moyenne de 13,86 ng/ml) ont été répartis de façon prospective en 2 groupes de 60 patients. Le groupe A a reçu un schéma à base de céfixime à raison de 400 mg par voie orale/jour pendant 3 jours, tandis que le groupe B a reçu un schéma à base de prulifloxacine à raison de 600 mg par voie orale/jour pendant 3 jours. Le traitement a commencé un jour avant l’intervention et les patients ont été suivis pour déceler tout symptôme éventuel pendant sept jours après la biopsie.

16 des hommes avaient auparavant fait l’objet d’une biopsie, tandis que 18 patients avaient reçu de la prulifloxacine et 8 patients du céfixime au moins 1 fois au cours des 3 derniers mois. 

Durant le suivi, 97,5 % des patients n’ont pas présenté d’infection des voies urinaires après la biopsie.

Une hospitalisation pour cause de septicémie a été nécessaire chez 1,2 % des patients du groupe B et 0,6 % des patients du groupe A. Les bactéries détectées dans ces urocultures étaient résistantes à la prulifloxacine et au céfixime quand un antécédent d’utilisation de ces produits a été constaté.