CECB précoce : l’unique présence d’une PDI plus importante ne prédit pas la rechute

  • Kozak MM & al.
  • Laryngoscope
  • 2 janv. 2019

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • En l’absence d’autres caractéristiques pathologiques à haut risque, une profondeur de l’invasion (PDI) accrue ne prédit pas une incidence plus élevée de rechute chez les patients atteints d’un carcinome épidermoïde de la cavité buccale (CECB) de stade précoce.
  • Une PDI accrue demeure un marqueur défavorable pour la SSP et la SG dans le cadre de la maladie précoce à faible risque.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les études antérieures portant sur lien entre la PDI et les résultats étaient hétérogènes en termes de patients inclus, de facteurs de risque et de traitements.

Principaux résultats

  • 14,3 % des patients ont présenté une récidive locale, 13,5 % une récidive régionale et 3,2 % une récidive à distance.
  • Les patients avec une PDI de moins de 4 mm ont présenté une incidence similaire de récidive locale (P = 0,72), de récidive régionale (P = 0,99) et de récidive à distance (P = 0,82), par rapport aux patients avec une PDI de 4 mm ou plus.
  • Une PDI de 4 mm ou plus était associée à une réduction de la SSP (RR : 2,00 ; P = 0,03) et de la SG (RR : 3,86 ; P = 0,002), dans le cadre de l’analyse multivariée.
  • L’âge était également associé à la SG (RR : 1,04 ; P 

Protocole de l’étude

  • 126 patients atteints d’un CECB de stade précoce T1–2N0, à faible risque, ont été analysés pour déterminer la PDI et les associations avec les récidives et les résultats de survie.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Limites

  • Étude rétrospective.