CE cutané : les résultats de phase I/II sont prometteurs pour cémiplimab, un inhibiteur de PD-1,

  • Migden MR & al.
  • N Engl J Med
  • 4 juin 2018

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les résultats d’essais de phase I et de phase II indiquent que le cémiplimab, un anticorps monoclonal anti-PD-1, a été associé à un taux de réponse d’environ 50 % chez les patients atteints d’un carcinome épidermoïde cutané (CEc).

Pourquoi est-ce important ?

  • Aucune thérapie systémique n’a été approuvée dans le traitement du CEc avancé.

Principaux résultats

  • Les taux de réponse étaient de 50 % dans la cohorte de phase I et de 47 % dans la cohorte de phase II.
  • Les taux de contrôle durable de la maladie étaient de 65 % dans la cohorte de phase I et de 61 % dans la cohorte de phase II.
  • Chez les patients ayant obtenu une réponse, la durée de cette réponse était d’au moins six mois chez 54 % (cohorte de phase I) et 57 % (cohorte de phase II) des patients.
  • Dans la cohorte de phase II, des taux de réponse similaires ont été observés chez les patients présentant une métastase à distance, par rapport à une métastase régionale (49 % contre 43 %).
  • Les événements indésirables les plus fréquents dans la cohorte de phase II étaient la diarrhée (27 %), la fatigue (24 %), la nausée (17 %), la constipation (15 %) et l’éruption cutanée (15 %).
  • 7 % des patients de la cohorte de phase II ont interrompu le traitement en raison d’un événement indésirable.

Protocole de l’étude

  • 26 patients atteints d’un CEc provenant d’une étude de phase I et 59 patients atteints d’un CEc métastatique provenant d’une étude de phase II traités par cémiplimab ont fait l’objet d’une analyse de l’efficacité et de la sécurité d’emploi.
  • Financement : Regeneron Pharmaceuticals et Sanofi.

Limites

  • Petites cohortes de patients.