CCRm : une double thérapie ciblée anti-HER2 apporte un bénéfice dans l’étude MyPathway

  • Meric-Bernstam F & al.
  • Lancet Oncol
  • 8 mars 2019

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’association pertuzumab et trastuzumab était bien tolérée et a délivré des réponses objectives chez les patients atteints d’un cancer colorectal métastatique (CCRm) à récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain (Human Epidermal Growth Factor Receptor 2, HER2) amplifié.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats sont issus de l’essai clinique panier MyPathway, qui évalue six schémas thérapeutiques différents dans plusieurs tumeurs solides.

Protocole de l’étude

  • Une analyse a été menée à partir d’un sous-ensemble de l’étude MyPathway, portant sur 57 patients atteints d’un CCRm à HER2 amplifié, traités par pertuzumab et trastuzumab.
  • Financement : F. Hoffmann-La Roche/Genentech.

Principaux résultats

  • La durée médiane du traitement était de 2,1 mois.
  • Le taux de contrôle de la maladie était de 44 %.
  • 18 patients ont présenté une réponse objective (32 % ; IC à 95 % : 20–45 %), dont 1 réponse complète.
  • La durée de réponse médiane était de 5,9 mois. Quatre patients ont présenté une réponse pendant plus d’un an.
  • La SSP médiane était de 2,9 mois. La SG médiane était de 11,5 mois.
  • Différences au niveau des résultats (KRAS de type sauvage, contre KRAS muté) :
    • SSP médiane de 5,3 contre 1,4 mois ;
    • SG médiane de 14,0 contre 8,5 mois ;
    • taux de réponse objective de 40 % contre 8 %.
  • Les événements indésirables (EI) liés au traitement comprenaient la diarrhée (33 %), la fatigue (32 %) et la nausée (30 %).
  • 37 % des patients ont présenté des EI de grade 3-4, le plus souvent une hypokaliémie (5 %) et une douleur abdominale (5 %).
  • 10 patients (18 %) ont présenté des EI sévères, dont 2 ont été considérés comme liés au traitement (frissons et réaction en relation avec la perfusion).

Limites

  • Étude non randomisée.
  • Échantillon de petite taille.