CCRm : un schéma SOX toutes les deux semaines en intention tardive s’avère efficace dans l’étude ORION 2

  • Tanioka H & al.
  • Int J Clin Oncol
  • 18 févr. 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients atteints d’un cancer colorectal métastatique (CCRm), un schéma de réintroduction de l’oxaliplatine, composé d’oxaliplatine et de S-1 (SOX) toutes les deux semaines, a permis d’améliorer la SSP sans entraîner d’événements indésirables graves.
  • Ce schéma pourrait apporter un bénéfice en traitement de troisième intention ou ultérieur chez les patients atteints d’un CCRm.

Pourquoi est-ce important ?

  • Malgré les stratégies thérapeutiques de stop-and-go visant à limiter la neurotoxicité associée à l’oxaliplatine, la neuropathie demeure une toxicité majeure limitant la dose d’oxaliplatine.

Protocole de l’étude

  • L’étude de phase II ORION 2 a été menée afin d’évaluer les résultats obtenus avec l’administration de SOX toutes les 2 semaines en schéma de réintroduction de troisième intention ou ultérieur, chez 40 patients atteints d’un CCR métastatique.
  • Les patients avaient préalablement reçu une chimiothérapie à base d’oxaliplatine et d’irinotécan, et devaient faire l’objet d’une réintroduction à l’oxaliplatine.
  • Financement : Réseau d’information sur la recherche clinique et épidémiologique (Epidemiological and Clinical Research Information Network).

Principaux résultats

  • Résultats médians pour les caractéristiques suivantes :
    • SSP : 3,3 mois (IC à 95 % : 2,7–4,2) ;
    • délai jusqu’à l’échec du traitement : 2,4 mois (IC à 95 % : 1,8–3,2) ;
    • SG : 10,1 mois (IC à 95 % : 8,3–14,6).
  • Réponses : 0 cas de réponse complète, 4 cas de réponse partielle, 22 cas de maladie stable et 14 cas de maladie progressive.
  • Les événements indésirables de grade 3 les plus fréquents comprenaient la thrombopénie (5,0 %), l’anorexie (5,0 %), la fatigue (5,0 %) et la pneumonie (5,0 %).
  • Aucun cas de toxicités hématologiques sévères ou de neuropathie périphérique sévère n’a été rapporté.

Limites

  • Étude de population japonaise ; il se peut que les résultats ne puissent pas être extrapolés à d’autres sous-populations.