CCRm : le traitement de première intention par nivolumab et ipilimumab est rentable

  • Wan X & al.
  • JAMA Oncol
  • 21 févr. 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’association nivolumab et ipilimumab est estimée rentable, par rapport au sunitinib, chez les patients à risque intermédiaire et défavorable atteints d’un carcinome à cellules rénales métastatique (CCRm), et a entraîné un gain de 0,96 année de vie ajustée sur la qualité (Quality-Adjusted Life Year, QALY).

Pourquoi est-ce important ?

  • Les patients atteints d’un cancer sont à risque d’avoir des difficultés financières, ce qui pourrait conduire à un retard dans le traitement, à son abandon et à son interruption.

Protocole de l’étude

  • Une analyse coût-efficacité a été réalisée à partir des données de l’essai clinique randomisé CheckMate 214.
  • 1 096 patients atteints d’un CCRm à risque intermédiaire/défavorable ont été affectés de manière aléatoire pour recevoir un traitement de première intention par l’association nivolumab et ipilimumab ou par sunitinib.
  • Financement : Fondation nationale des sciences naturelles de Chine ; Commission sur la santé et la planification familiale de la province du Hunan.

Principaux résultats

  • L’association nivolumab et ipilimumab a démontré un gain de 0,96 QALY supplémentaire et une hausse du coût du traitement de 108 363 $/QALY, par rapport au sunitinib.
    • Le coût du traitement se situe dans la tranche acceptable de 100 000–150 000 $ par QALY.
  • La probabilité de rentabilité au seuil de consentement à payer (CAP) de 150 000 $ par QALY était plus élevée chez :
    • les patients dont l’expression du ligand 1 de mort cellulaire programmée 1 (Programmed cell Death 1 Ligand 1, PD-L1) était inférieure ou égale à 1 % : 97 % ;
    • les patients âgés de moins de 65 ans : 93 % ;
    • les patients de sexe féminin : 92 % ; et
    • les patients sans métastases des ganglions lymphatiques : 91 %.
  • Le rapport coût-efficacité différentiel était plus élevé qu’un seuil de CAP lorsque la SG augmentait pour atteindre la limite supérieure de l’IC à 95 % (0,89) ou lorsque le poids du patient augmentait pour atteindre 200 kg.

Limites

  • Des données relatives au remboursement de Medicare ont été utilisées pour estimer le coût du traitement.